logo tvr9 blanc

Facebook
Retrouvez-nous sur Facebook
Le Régional
Votre bulletin d’informations de la Vallée-du-Richelieu
Dans la Vallée
Un magazine qui traite de la vie culturelle et communautaire de la Vallée du Richelieu
Vallée des Arts
La Vallée des Arts vous fera découvrir des artistes en arts visuels
Nouveaux visages
Artistes ou de groupes d’artistes de la relève
Nos artisans se racontent
TVR9 trace pour vous les portraits des nouveaux artistes ou de groupes d’artisans de la région
Paroles d'auteurs
France Bergeron nous présente des auteurs de notre belle région

Économie

Bonne nouvelle pour la région de la Montérégie: le nouveau gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral s’entendent pour compenser les producteurs de foin durement affectés par la sécheresse de l’été 2018

Bonne nouvelle pour la région de la Montérégie: le nouveau gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral s’entendent pour compenser les producteurs de foin durement affectés par la sécheresse de l’été 2018

Bonne nouvelle pour la région de la Montérégie: le nouveau gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral s’entendent pour compenser les producteurs de foin durement affectés par la sécheresse de l’été 2018

Varennes, le 21 mars 2019. – L’attente est terminée pour les producteurs de foin de la région de la Montérégie. Le nouveau gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada ont trouvé un terrain d’entente permettant à La Financière agricole du Québec de verser 705 000$ supplémentaires à près de 490 producteurs de foin, adhérents à la protection d’assurance récolte du foin et des pâturages. Ce paiement porte à 4.42 millions de dollars les indemnités totales versées en 2018 dans le cadre de cette protection d’assurance récolte.

Pour l’ensemble du Québec, les 12 millions de dollars supplémentaires annoncés tiennent compte de l’augmentation de la valeur marchande du foin occasionnée par sa rareté. Ce paiement porte à 60 millions de dollars les indemnités totales versées en 2018 dans le cadre de cette protection d’assurance récolte.
L’annonce en a été faite récemment par la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, l’honorable Marie-Claude Bibeau, et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. André Lamontagne.

Budget du Canada 2019 La FQM salue les investissements de 5 à 6 G$ pour brancher les régions à Internet haute vitesse

Budget du Canada 2019 La FQM salue les investissements de 5 à 6 G$ pour brancher les régions à Internet haute vitesse

Budget du Canada 2019

La FQM salue les investissements de 5 à 6 G$ pour brancher les régions à Internet haute vitesse

Québec, le 19 mars 2019 – À titre de porte-parole des régions, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) salue les investissements de 5 à 6 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années dans le Budget 2019 du ministre fédéral des Finances, M. Bill Morneau, afin de brancher 95 % des ménages et entreprises à Internet haute vitesse d’ici 2026, et la totalité d’ici 2030, peu importe où ils se trouvent au pays.   « C’est ahurissant qu’en 2019 la question du branchement des régions à Internet haute vitesse ne soit pas encore réglée. Les investissements importants annoncés aujourd’hui par le ministre Morneau pour remédier à la situation sont donc plus que bienvenus. Maintenant, il s’agit de s’assurer que tous les paliers de gouvernement, sous la responsabilité du gouvernement du Québec, travaillent de concert pour brancher rapidement l’ensemble des citoyens, peu importe où leur résidence est située sur le territoire », a déclaré le président de la FQM, M. Jacques Demers.   Pour la Fédération, la recette du succès pour brancher les régions passe par les MRC qui ont une connaissance fine de la réalité sur leur territoire. Tout nouveau projet devrait obtenir la collaboration et l’approbation des MRC pour obtenir son financement.   « Trop souvent, lorsque la MRC n’a pas été consultée dans les projets, la fibre optique est déployée par les grandes entreprises de télécommunications seulement dans les secteurs les plus rentables. Il faut impliquer les MRC, dès le début, dans l’élaboration et la conception des projets. Elles sont les mieux placées pour définir et répondre aux besoins des régions », a ajouté le président de la FQM.

Budget du Québec 2019 Le gouvernement du Québec dispose de la marge de manœuvre pour transférer un point de la TVQ aux municipalités

Budget du Québec 2019 Le gouvernement du Québec dispose de la marge de manœuvre pour transférer un point de la TVQ aux municipalités

Budget du Québec 2019 Le gouvernement du Québec dispose de la marge de manœuvre pour transférer un point de la TVQ aux municipalités

Québec, le 21 mars 2019 – Selon l’Union des municipalités du Québec (UMQ), le budget du Québec 2019-2020, déposé aujourd’hui par le ministre des Finances du Québec, monsieur Eric Girard, confirme que le gouvernement du Québec dispose de toute la marge de manœuvre nécessaire pour transférer un point de la taxe de vente du Québec (TVQ) aux municipalités, comme s’y est engagé le premier ministre François Legault. « Alors que des surplus de 2,5 milliards à 3,3 milliards sont prévus au cours des prochaines années, le gouvernement du Québec a clairement les moyens de respecter son engagement quant au transfert d’un point de la TVQ dans le cadre du prochain pacte fiscal et permettre ainsi aux gouvernements de proximité d’assumer leurs responsabilités croissantes », a déclaré le président de l’UMQ et maire de Drummondville, monsieur Alexandre Cusson. L’UMQ rappelle que le déséquilibre fiscal persiste entre le gouvernement du Québec et les municipalités. Ces dernières font en effet face à des enjeux de plus en plus nombreux, que ce soit en matière d’investissements dans les infrastructures, de financement du transport collectif ou d’adaptation aux changements climatiques. Cela amène une pression financière considérable sur les budgets municipaux, alors que le modèle fiscal municipal actuel n’est plus du tout adapté aux réalités municipales actuelles. Plusieurs mesures ciblées annoncées dans le plan budgétaire du gouvernement répondent par ailleurs aux recommandations formulées par les municipalités lors des consultations prébudgétaires.

Budget du Québec 2019-2020 De bonnes nouvelles en recherche et un travail à poursuivre pour le financement de l’enseignement universitaire

Budget du Québec 2019-2020  De bonnes nouvelles en recherche et un travail à poursuivre pour le financement de l’enseignement universitaire

Budget du Québec 2019-2020

De bonnes nouvelles en recherche et un travail à poursuivre pour le financement de l’enseignement universitaire

Sherbrooke, le 22 mars 2019 – L’Université de Sherbrooke se réjouit que le Plan budgétaire 2019-2020 du gouvernement du Québec comporte des investissements stratégiques en recherche, notamment dans le domaine des technologies numériques et quantiques ainsi que pour les technologies vertes. Ce financement permettra à l’UdeS et à ses partenaires industriels d’accentuer leurs contributions à la formation et au développement des connaissances dans ces secteurs d’avenir de la société du savoir. Le pôle universitaire de recherche sera renforcé par ces mesures structurantes qui vont permettre d’accélérer l’application des découvertes.

Par ailleurs, l’augmentation du financement universitaire annoncé l’an dernier semble se poursuivre alors que de nouvelles sommes sont prévues pour les universités situées en région. Mais les modalités d’attribution seront précisées dans quelques semaines.

« Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les établissements universitaires de l’Estrie, explique le recteur de l’Université de Sherbrooke, professeur Pierre Cossette. Mon collègue Michael Goldbloom, principal de l’Université Bishop’s, et moi avons rencontré les députés et ministres de la région et parlé au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour présenter l’importante contribution au développement socioéconomique régional de nos deux institutions. Nous nous attendons à recevoir notre juste part de ce financement spécifique et suivrons avec intérêt la publication des crédits budgétaires détaillés qui suivra l’adoption du budget. »

Par ailleurs, le financement des études en génie doit encore faire l’objet d’une attention très particulière. « L’Université de Sherbrooke demeure confrontée à des défis majeurs provenant de la formule de financement adoptée en 2018, qui comporte des réductions du financement pour les études en génie », rappelle le recteur Cossette. Une solution durable avait alors été promise afin de corriger cette situation d’ici l’an prochain. C’est aussi un enjeu important pour le développement économique du Québec ».

« Pour l’UdeS, le génie représente une discipline très importante de sorte que la situation actuelle a un impact majeur sur notre situation financière et sur notre capacité d’innovation et de transfert technologique », ajoute pour sa part la vice-rectrice à l’administration et au développement durable, professeure Denyse Rémillard. « Le travail se poursuit avec le ministère et nous avons bon espoir d’en arriver à une solution satisfaisante prochainement », conclut-elle.

Budget fédéral 2019 : l’UMQ réitère les attentes budgétaires des gouvernements de proximité

Budget fédéral 2019 : l’UMQ réitère les attentes budgétaires des gouvernements de proximité

Budget fédéral 2019 : l’UMQ réitère les attentes budgétaires des gouvernements de proximité  

Montréal, le 18 mars 2019 – À la veille du dépôt du budget 2019-2020 du gouvernement du Canada, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a rappelé les priorités budgétaires des gouvernements de proximité. Le financement du transport collectif, de nouveaux moyens pour les régions, notamment l’accélération du déploiement de la connexion à Internet haute vitesse partout sur le territoire, et l’aide à l’adaptation aux changements climatiques font partie des revendications des municipalités. Une occasion pour un grand chantier pour le transport collectif « Les municipalités connaissent les besoins en transport collectif de leur communauté. De nouvelles sommes doivent venir appuyer leurs initiatives. Le financement doit être pérenne et prévisible. Sans cela, il ne sera pas possible de répondre adéquatement aux attentes de nos populations et respecter collectivement nos engagements de baisse des émissions de gaz à effet de serre », a déclaré d’entrée de jeu le président de l’UMQ et maire de Drummondville, monsieur Alexandre Cusson. 

Budget fédéral 2019 Les gouvernements de proximité heureux du rattrapage annoncé en matière d’infrastructures

Budget fédéral 2019 Les gouvernements de proximité heureux du rattrapage annoncé en matière d’infrastructures

Budget fédéral 2019 Les gouvernements de proximité heureux du rattrapage annoncé en matière d’infrastructures

Montréal, le 19 mars 2019 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille positivement le dernier budget du gouvernement du Canada qui reprend de nombreuses demandes des gouvernements de proximité. Les investissements annoncés offriront de nouvelles possibilités aux municipalités notamment en leur offrant de nouveaux moyens pour entretenir et valoriser leurs infrastructures.

Des investissements bienvenus en infrastructures 

L’intention du gouvernement canadien d’investir une somme ponctuelle de 2,2 G$ dans les infrastructures municipales réjouit le président de l’Union des municipalités du Québec, M. Alexandre Cusson « Le ministre des Finances, monsieur Bill Morneau, a sans doute les mots les plus justes pour décrire la situation des municipalités. Il a raison lorsqu’il décrit comme grave le déficit d’entretien de nos infrastructures. En ce sens, les investissements annoncés sont les bienvenus. Pour le Québec, c’est plus de 500 millions de nouvel argent qui ira par exemple dans les bibliothèques, les réseaux d’aqueduc et la mobilité durable », a déclaré d’entrée de jeu le maire de Drummondville. « On le sait, ce gouvernement veut investir dans l’avenir. Il a raison de faire le pari des municipalités pour arriver à ses objectifs. Les gouvernements de proximité sont les mieux placés pour savoir ce qui est bon pour leur communauté. En première ligne dans le combat des changements climatiques, les investissements stratégiques proposés permettront non seulement d’améliorer le bilan carbone du Québec, mais aussi d’adapter nos collectivités aux effets des changements climatiques », a ajouté Monsieur Cusson, faisant référence aux sommes prévues pour appuyer les municipalités dans leurs interventions et leurs actions de rétablissement à la suite de catastrophes naturelles de grande envergure.

Internet haute vitesse comme clé du développement des régions  

Le gouvernement fédéral a un rôle à jouer dans la vitalité des régions du Québec. Promis depuis longtemps, l’élargissement de la couverture d’Internet haute vitesse partout sur le territoire est une bonne nouvelle pour l’UMQ. Doté d’une enveloppe importante et d’un échéancier réaliste, ce grand chantier pourra compter sur la collaboration des gouvernements de proximité.  

L’UMQ aurait toutefois souhaité un effort supplémentaire en soutien au développement économique régional, notamment dans les secteurs du transport aérien et maritime. Malgré l’attention portée sur la sécurité du réseau ferroviaire canadien, il est urgent que le Canada réinvestisse dans ses ports maritimes et ses aéroports. Négligés, ceux-ci ne répondent plus aux normes d’aujourd’hui.

Logements abordables et main d’œuvre : d’autres bonnes nouvelles pour les municipalités  

L’UMQ a été entendue en matière de logements abordables. Le gouvernement fédéral se dote de deux initiatives, chacune de 300 M$, afin de stimuler l’innovation en matière de logements abordables et d’accélérer la construction de logements respectueux de l’environnement. L’UMQ salue aussi le prolongement de l’Initiative de financement de la construction de logements locatifs et l’ajout d’une enveloppe correspondante de 830 M$.  Le Québec, comme le reste du Canada, est aux prises avec un réel enjeu de pénurie de main-d’œuvre. La création de l’Allocation canadienne pour la formation, qui entrainera des dépenses de 1,7G$ sur cinq ans, est une bonne nouvelle. En définitive, l’UMQ rappelle qu’en la matière comme pour plusieurs autres sujets, les municipalités profiteraient d’un partenariat direct avec Ottawa pour répondre adéquatement à leurs nombreux défis.

Budget fédéral 2019 : ce qu’il faut retenir

Budget fédéral 2019 : ce qu’il faut retenir

Budget fédéral 2019 : ce qu’il faut retenir

Varennes, 22 mars 2019 — Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, a constaté que le dernier budget du gouvernement Trudeau endette les Québécois sans pourtant répondre aux demandes du Québec dans un nombre considérable de dossiers.

« Ottawa creuse un déficit majeur, avec la carte de crédit des Québécois et même de leurs enfants, sans toutefois répondre à leurs besoins. Ce que le Québec veut et ce que le Québec a très clairement réclamé ne s’y trouvent tout simplement pas. Et ce que le Québec veut, le Bloc le veut aussi, entièrement et sans compromis », a déclaré Xavier Barsalou-Duval.

Remboursement pour l’accueil et l’intégration des demandeurs d’asile

Québec a réclamé 300 M$ à Ottawa pour rembourser les frais encourus pour le logement, les soins de santé et l’éducation des demandeurs d’asile, dont le fédéral est responsable. Qu’Ottawa investisse 1,18 milliard pour régulariser la situation à la frontière est louable. Mais ça ne rembourse tout de même pas les Québécois.

Transferts en santé

Québec a demandé à Ottawa de hausser les transferts en santé à hauteur de 25 % du coût total du système québécois. Québec estime que sans hausse, le désinvestissement du fédéral entraînera des pertes de 14 milliards au cours des dix prochaines années, ce qui ne peut que se traduire en coupes dans les soins de santé.Le budget ne contient pas d’augmentation des transferts en santé ou en éducation, des priorités évidentes des Québécois. Ce désinvestissement irresponsable étouffe le Québec.

Internet haute vitesse en région

L’Internet haute vitesse est aussi essentiel que l’électricité ou le téléphone pour les entrepreneurs, les jeunes familles, les étudiants et les fournisseurs de services publics. Ottawa a annoncé que la couverture s’étendrait à l’ensemble du territoire d’ici… 2030.Nos régions ne peuvent retarder leur développement économique pendant une décennie.

Indemnisation des producteurs laitiers

Ottawa a annoncé un soutien aux producteurs sous gestion de l’offre pouvant aller jusqu’à 3,9 G$ pour compenser les pertes liées aux accords de libre-échange avec l’Europe et avec la zone Pacifique. Or, pas un sou n’est prévu dans les colonnes budgétaires et aucun échéancier n’est fixé pour l’annonce concrète de mesures d’indemnisation. Future promesse électorale ? En attendant, rien n’est prévu pour nos producteurs, qui doivent toujours négocier des indemnisations pour une autre brèche dans la gestion de l’offre dans le plus important des accords commerciaux : celui avec l’Amérique du Nord.

Survie de l’industrie navale québécoise

Le Chantier Davie a été écarté de la stratégie fédérale de construction navale, un pactole de 100 G$ en contrats dont le Québec a reçu moins de 2 %.Dans son budget, Ottawa annonce qu’il fera construire deux traversiers interprovinciaux, des contrats que la Davie pourrait remporter. Mais le fédéral n’a rien confirmé.L’ajout de ces traversiers maintiendrait la part du Québec des investissements dans la flotte de navires sous les 3 %, bien en deçà de la part payée par les Québécois.Depuis 2015, le nombre de travailleurs au chantier est passé de 1435 à 209.

Revenu Québec annonce des amendes totalisant 68 000 $

Revenu Québec annonce des amendes totalisant 68 000 $

REVENU QUÉBEC ANNONCE DES AMENDES TOTALISANT 68 000 $ POUR DEUX ENTREPRENEURS ET LEUR SOCIÉTÉ

 Québec, le 28 février 2019. – Revenu Québec annonce que M. Silviu Cirneleaga, un résident de Montréal, M. John Henry Ruiz Hoyos, un résident de Saint-Hubert, et la société 9268-5460 Québec inc., faisant des affaires dans le domaine de la rénovation résidentielle, ont été condamnés à payer des amendes totalisant 68 000 $ dans un délai d’un an, relativement à un cas de fraude fiscale.

Formation continue de l’ITA : Une formation renouvelée en assurance agricole

Formation continue de l’ITA : Une formation renouvelée en assurance agricole

Saint-Hyacinthe, le 11 mars 2019. – L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) propose une formation sur l’assurance agricole, qui se tiendra le mardi 2 avril au campus de Saint‑Hyacinthe. D’une durée de six heures, elle s’adresse aux productrices et aux producteurs agricoles qui souhaitent améliorer leur compréhension du contrat d’assurance agricole et être en mesure de s’assurer que leur contrat d’assurance répond à leurs besoins.

L’activité sera animée par M. Serge Gosselin, courtier en assurances agricoles. Comptant plus de 30 années d’expérience au service des agriculteurs, M. Gosselin a entrepris sa carrière dans le domaine de l’assurance agricole comme souscripteur. Grace à sa formation de technicien en prévention d’incendie, il est devenu par la suite inspecteur en prévention-incendie. En 1988, il obtient sa licence de courtier en assurance de dommages et travaille pour un cabinet spécialisé en assurance agricole. En 1991, il devient copropriétaire d’un cabinet d’assurance, puis, en 2008, propriétaire de son propre cabinet. Ce nouveau formateur apporte un éclairage nouveau sur le contenu présenté, dans le but de mieux répondre aux besoins des productrices et des producteurs agricoles en matière d’assurance agricole.