• Retrouvez-nous sur

    Facebook

  • Le Régional est votre bulletin d'informations locales

    Le Régional

    Animation: Claudia C.Cantin
    Réalisation: André Chapleau

    • Lundi: 8h00 et 20h00
    • Mardi: 12h00
    • Mercredi: 20h00
    • Jeudi: 11h00
    • Vendredi: 12h00
    • Samedi: 9h00 et 17h00
    • Dimanche: 8h00 et 18h30

     

  • Un magazine qui traite de la vie communautaire de la Vallée-du-Richelieu.

    Dans la Vallée

    Animation: Évelyne Latreille
    Chronique: Marguerite Fradette
    Réalisation: Robert Laplante

    • Lundi: 17h30 et 20h30
    • Mercredi: 12h00, 17h30 et 20h30
    • Vendredi: 17h30
    • Dimanche: 12h30
  • La série, Nos artisans se racontent vous présentent des créateurs artisans de la région

    Nos artisans se racontent

    Animation: Emma Jaquet
    Réalisation: Robert Laplante

    • Lundi: 21h00
    • Mardi: 17h30
    • Mercredi: 19h30
    • Jeudi: 17h30
    • Samedi: 8h00 et 17h30
    • Dimanche: 13h00
  • L'émission qui vous permet d'augmenter et optimiser votre santé et mieux-être à tous les niveaux

    Santé et mieux être: Qi Gong

    Animation: Lise Lapointe
    Réalisation: Robert Laplante

    • Lundi: 12h00
    • Mardi: 9h00
    • Jeudi: 15h30
    • Samedi: 06h30
    • Dimanche: 12h00 et 15h30
Pas d'éléments trouvés.
Pas d'éléments trouvés.

Cette semaine

Vie municipale semaine du 25 janvier 2021

Vie municipale semaine du 25 janvier 2021

Séance ordinaire du conseil de Mont-Saint-Hilaire  tenue le lundi 11 janvier 2021 Lundi: 23h00Dimanche: 16h00

Lire la suite

Dans la Vallée semaine du 25 janvier 2021

Dans la Vallée semaine du 25 janvier 2021

Les invités cette semaine: -Karine Shink, Tandem emploi -Monia Dépeault, CHSLD des Pommetiers -Yves Lessard, Maire Ville de Saint-Basile-le-Grand Lundi : 17h30 et 20h00 Mercredi : 12h00, 17h30 et 20h30 Vendredi : 17h30 Dimanche: 12h30 Durée: 30 minutes En vidéo sur demande Animation: Evelyne LatreilleChronique culturelle: Marguerite FradetteRéalisation: Robert Laplante

Lire la suite

Nos artisans se racontent semaine du 25 janvier 2021

Nos artisans se racontent semaine du 25 janvier 2021

Cette semaine à l'émission Nos artisans se racontent, nous vous présentons: Céline Boisjoly, joaillière Descriptif: La joaillière Céline Boisjoly travaille l'argent depuis une dizaine d'années pour fabriquer des bagues, des colliers et des boucles d'oreilles de style rustique s'adressant autant aux femmes qu'aux hommes Lundi: 21h00 Mardi: 17h30 Mercredi: 19h30 Jeudi: 17h30 Samedi: 8h00 et 17h30 Dimanche: 13h00 En vidéo sur demande Animation : Emma Jaquet Recherche : Emma Jaquet Réalisation : Robert Laplante

Lire la suite

Santé et mieux être: Qi Gong - semaine du 25 janvier 2021

Santé et mieux être: Qi Gong - semaine du 25 janvier 2021

Besoin de calme , de prendre soin de soi ...Besoin de prendre soin de votre santé, de votre mieux être ...Besoin de vous reconnecter à l'essentiel ...Le Qi Gong est pour vous ! Lundi: 12h00 Mardi: 9h00 Jeudi: 15h30 Samedi: 6h30 Dimanche: 12h00 et 15h30 Animation : Lise LapointeRéalisation : Robert Laplante

Lire la suite

Devenez membre

Nous vous invitons à adhérer à TVR9 dès maintenant. Le membership est fondamental pour notre organisation. En adhérant à la TVR9, vous manifestez le désir de conserver votre télévision locale.

Nos dernières émissions

Horaire de nos émissions

  • Lundi

    • 08h00: Le Régional
    • 12h00: Santé et mieux être: Qi Gong
    • 17h30: Dans la Vallée
    • 20h00: Le Régional
    • 20h30: Dans la Vallée
    • 21h00: Nos artisans se racontent
    • 23h00: Vie municipale
  • Mardi

    • 09h00: Santé et mieux être: Qi Gong
    • 12h00: Le Régional
    • 17h30: Nos artisans se racontent
  • Mercredi

     

    • 12h00: Dans la Vallée
    • 17h30: Dans la Vallée
    • 19h30: Nos artisans se racontent
    • 20h00: Le Régional
    • 20h30: Dans la Vallée
  • Jeudi

     

    • 11h00: Le Régional
    • 15h30: Santé et mieux être: Qi Gong
    • 17h30: Nos artisans se racontent
  • Vendredi

    • 12h00: Le Régional
    • 17h30: Dans la Vallée
  • Samedi

    • 06h30: Santé et mieux être: Qi Gong
    • 08h00: Nos artisans se racontent
    • 09h00: Le Régional
    • 17h00 : Le Régional
    • 17h30 : Nos artisans se racontent
  • Dimanche

     

    • 08h00: Le Régional
    • 12h00: Santé et mieux être: Qi Gong
    • 12h30: Dans la Vallée
    • 13h00: Nos artisans se racontent
    • 15h30: Santé et mieux être: Qi Gong
    • 16h00: Vie Municipale
    • 18h00: Le Régional

Nos derniers communiqués

Débat sur le projet de loi de mise en œuvre de l’énoncé économique fédéral; «TOUT GÉNÉREUX QU’IL SOIT, LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL LAISSE DE NOMBREUSES PERSONNES EN PLAN…» - STÉPHANE BERGERON

Débat sur le projet de loi de mise en œuvre de l’énoncé économique fédéral; «TOUT GÉNÉREUX QU’IL SOIT, LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL LAISSE DE NOMBREUSES PERSONNES EN PLAN…» - STÉPHANE BERGERON

C’est dans le cadre du débat sur le projet de loi de mise en œuvre de la mise à jour économique fédérale que le député de Montarville et porte-parole du Bloc Québécois en matière d’affaires étrangères et intergouvernementales, M. Stéphane Bergeron, a choisi de prêter sa voix à plusieurs de ses commettants laissés pour compte par les différentes mesures déployées jusqu’à présent par le gouvernement fédéral pour composer avec la présente crise sanitaire. «En effet, j’avais hâte de pouvoir intervenir sur ce projet de loi, qui me permettait d’évoquer certaines des situations qui hantent mes pensées depuis plusieurs semaines, sinon plusieurs mois», a déclaré Stéphane Bergeron.Absence de soutien pour le tourisme, l’hôtellerie, les arts et la culture«Ce projet de loi, a-t-il poursuivi, est muet par rapport à d’autres mesures évoquées dans l’énoncé économique du 30 novembre dernier, ce qui laisse nos entreprises dans l’incertitude totale. On pense notamment au Programme de crédit pour les secteurs durement touchés. Après un an de pandémie, le fédéral nous envoie le signal qu’il n’est toujours pas prêt à venir en aide aux secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, des arts et de la culture.»«Il faut également se désoler que le gouvernement laisse toujours en plan les nouveauxentrepreneurs, dont l’audace est au cœur même de notre système économique, qui ont souventdû consentir à d’importants sacrifices pour se lancer en affaires et réaliser leurs rêves, et qui sont maintenant confrontés à la perspective déchirante d’une faillite…», a déploré M. Bergeron.«J’en veux pour preuve la triste histoire des trois jeunes propriétaires du Barbies Resto Bar Grill de Sainte-Julie, qui, à bout de ressources, ont écrit à la ministre des Finances, avant Noël, pour lui exposer leur situation. À leur demande, j’ai fait lecture en Chambre de leur lettre, dans l’espoir que les membres du gouvernement libéral réalisent enfin que les nouvelles entreprises ont également besoin du soutien de l’État. En leur refusant l’accès aux différentes mesures de soutien aux entreprises, le gouvernement fédéral tue l’initiative et pousse littéralement de nouveaux entrepreneurs à la faillite. Il est encore temps de réagir pour sauver certaines d’entre elles», a plaidé avec vigueur le député de Montarville.Un autre coup dur pour nos aînés«Un autre des correctifs qui auraient dû être apportés par le gouvernement touche les retraitsminimums effectués par nos aînés dans leur Fonds enregistré de revenu de retraite, leur FERR,en 2020. On se souviendra qu’au printemps dernier, le gouvernement a réduit le montant minimal qui devait être retiré par les retraités. Or, entre-temps, certains d’entre eux avaient déjà retiré de leur FERR la totalité de l’ancien montant minimal obligatoire. Ils souhaitaient donc pouvoir réinjecter dans leur FERR la différence, ce qui leur a été refusé par le gouvernement fédéral», a relaté M. Bergeron.«Comme me le signalait un éminent citoyen de la circonscription, et je présume qu’il n’est pas le seul dans cette situation, le problème, c’est que ces retraités s’étant acquittés promptement de leurs obligations se voient financièrement désavantagés par la modification apportée par legouvernement en cours d’année fiscale. Non seulement devront-ils payer des impôts sur le montant excédentaires qu’ils ont retiré conformément aux dispositions auparavant prévues par la Loi, mais ce montant excédentaire retiré ne pourra continuer à fructifier dans leur FERR», s’est indigné le député de Montarville.«Or, dans ce cas précis, c’est le gouvernement fédéral lui-même, a-t-il ajouté, qui, en plus de s’être montré peu généreux jusqu’ici envers les aînés, pénalise certains d’entre eux qui ont été plus empressés à se conformer à leurs obligations légales et qui en a donc fait les victimes d’une iniquité flagrante. Pire encore, l’ensemble des prestataires de FERR se voient pénalisés, d’une certaine façon, par cette mesure, qui a pour effet de réduire l’exemption fiscale dont ils peuvent bénéficier.»«Bref, tout le contraire de l’empathie à laquelle on serait en droit de s’attendre de la part dugouvernement envers nos aînés, à qui nous devons cette prospérité lui ayant permis de se montrer prodigue à l’endroit d’à peu près tout le monde, sauf eux. Mais peut-être n’est-il pas trop tard pour que le gouvernement entende enfin raison et corrige ce qui doit l’être…», de conclure Stéphane Bergeron.

Lire la suite

Le CISSS de la Montérégie-Est met en place un projet novateur pour prévenir le déconditionnement physique associé à la COVID-19

Le CISSS de la Montérégie-Est met en place un projet novateur pour prévenir le déconditionnement physique associé à la COVID-19

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégies-Estest fier d’annoncer qu’il a mis sur pied un projet novateur en partenariat avec Nautilus Plus afin de prévenir le déconditionnement physique associé à la COVID-19 chez les personnes de 50 ans et plus.Lancé plus tôt ce mois-ci, le projet implique une kinésiologue du CISSS de la Montérégie-Est et une équipe de kinésiologues de Nautilus Plus qui rendent ainsi visite à des usagers à domicile ou dans des résidences privées pour aînés, qui correspondent à des critères bien précis et qui ont ainsi été identifiés comme pouvant prendre part au projet. Ce projet vise particulièrement les personnes les plus susceptibles de voir leur capacité cardiorespiratoire et musculaire se détériorer dans un contexte de confinement.Le kinésiologue pourra visiter un usager d’une à huit fois, selon les besoins, sur une période d’une à quatre semaines. Les séances, de 30 à 45 minutes, porteront principalement sur la promotion de l’activité physique avec la suggestion d’activités, l’adoption de saines habitudes de vie et l’importance de bouger régulièrement.Jusqu’à maintenant, 40 usagers ont été référés pour prendre part au projet qui se poursuivra jusqu’à la fin de la pandémie.Citation«Le contexte exceptionnel dans lequel nous vivons depuis plusieurs mois représente un défi pour plusieurs personnes de 50 ans et plus qui sont confinées dans leur appartement et pour qui les occasions de bouger se font plus rares. Le projet que nous avons mis sur pied permettra de maintenir la qualité de vie des usagers qui en bénéficieront et favorisera une meilleure santé physique, cognitive et psychologique chez ces mêmes personnes.» - Diana Milette, directrice adjointe du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées - soutien à domicile et partenariat

Lire la suite

Pénurie de places dans les services de garde en région L’UMQ et le ministre de la Famille en mode solutions

Pénurie de places dans les services de garde en région L’UMQ et le ministre de la Famille en mode solutions

Réunis virtuellement  le 26 janvier dernier, les membres du Comité sur les services de garde de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont fait le point avec le ministre de la Famille, monsieur Mathieu Lacombe, sur la situation liée à la pénurie de places dans les services de garde qui affecte présentement les régions du Québec. Les mairesses et les maires de l’Union ont réitéré leur volonté de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec afin de mettre rapidement en place des mesures visant à répondre à cet enjeu central pour la relance économique des régions. Les membres du comité et le ministre ont notamment discuté du rôle-clé des municipalités dans l’identification des besoins de places et de leur contribution significative dans la réalisation de futurs projets. « Plus de 46 000 enfants sont actuellement en attente d’une place dans un service de garde, ce qui entraîne des contrecoups majeurs sur le développement économique régional. Par exemple, une municipalité qui se verrait présenter un projet d’investissement créateur d’emplois sur son territoire aurait de la difficulté à répondre convenablement aux besoins des jeunes familles en matière de services de garde. C’est un défi important d’attraction et de rétention. Avec le ministre de la Famille, nous partageons une volonté commune de mettre rapidement en place des actions pour que la situation se résorbe et nous poursuivrons nos efforts conjointement en ce sens au cours des prochains mois », a déclaré le président du comité, premier vice-président de l’UMQ et maire de Gaspé, monsieur Daniel Côté. Services de garde : l’UMQ en action Rappelons que l’UMQ a annoncé en décembre dernier la création de ce Comité sur les services de garde, formé d’une douzaine d’élues et élus représentant des municipalités de différentes tailles et de plusieurs régions. Cette initiative s’inscrit dans un plan d’action plus large visant à proposer des orientations et des pistes d’action municipales face à cet enjeu prioritaire. L’UMQ a par ailleurs lancé cette semaine l’édition de janvier 2021 de son magazine URBA, qui propose un dossier complet sur la pénurie de places en services de garde. Le numéro est disponible en ligne sur le site Web de l’Union. Soulignons enfin qu’Espace MUNI et l’UMQ, en collaboration avec l’Association québécoise des centres de la petite enfance, présenteront le 29 janvier prochain un webinaire gratuit à l’intention des élues et élus municipaux sur le déploiement des services de garde et les pistes d’action à la disposition des municipalités. Les détails et le formulaire d’inscription sont disponibles sur le site Web d’Espace MUNI. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

Lire la suite

Rentrée parlementaire : Xavier Barsalou-Duval présente ses priorités

Rentrée parlementaire : Xavier Barsalou-Duval présente ses priorités

Le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères et député du Bloc Québécois en matière de Transport, d’Infrastructure et de Collectivité, Xavier Barsalou-Duval, a présenté le 25 janvier dernier, ses priorités pour la rentrée parlementaire.En premier lieu, le secteur du transport aérien continuera à être sa priorité numéro 1 au Comitépermanent des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités à la Chambre des communes. Il maintiendra notamment la pression sur le nouveau ministre des Transports afin d’obtenir une aide pour l’industrie qui traîne depuis trop longtemps ainsi que le remboursement des billets d’avion que de nombreux consommateurs attendent avec impatience. Il gardera également un œil sur la vente d’Air Transat pour laquelle une décision de Transport Canada est attendue prochainement.« Le ministre Garneau fut l’un des pires ministres des Transports depuis longtemps. Il n’avait aucune sensibilité pour les travailleurs de l’industrie aérienne et les voyageurs. Je compte maintenant poursuivre le travail auprès de son successeur afin qu’il corrige les erreurs de son prédécesseur dans les plus brefs délais. Il en va de la confiance de nombreux citoyens envers le gouvernement », soutient Xavier Barsalou-Duval.En deuxième lieu, le français sera également au cœur de son positionnement en Chambre. Alors que le débat sur la question a fait rage au courant de la dernière session, celui-ci n’est toujours pas clos. Le député compte revenir à la charge avec ses collègues du Bloc Québécois sur l’extension de la loi 101 aux entreprises de compétence fédérale.« Les libéraux ont toujours eu un problème à ce que leurs bottines suivent leurs babines. D’un côté, ils se présentent comme de grands défenseurs du français et de l’autre ils continuent de  financer l’anglaisau Québec. S’ils veulent qu’on les prenne au sérieux, ils devraient appuyer nos projets de loi pour renforcer le statut du français langue commune et cesser leurs attaques insidieuses à ce sujet. Vous pouvez compter sur le Bloc Québécois pour retourner au front à ce sujet », explique le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères.Finalement, le député compte naturellement poursuivre sa surveillance du gouvernement en matière de gestion de la COVID-19, notamment dans sa livraison des vaccins au Québec, son contrôle des frontières et son soutien aux aînés.« Alors que le gouvernement tente de faire la leçon au Québec sur sa gestion de la pandémie, celui-ci est incapable de remplir sa part de responsabilité. Il y a d’énormes retards dans la livraison des vaccins alors qu’aucun vaccin ne sera livré la semaine prochaine au Québec, les libéraux laissent la frontière aérienne ouverte alors que le gros bon sens dicte que l’on devrait la fermer pour empêcher les voyages d’agrément qui favorisent la propagation du virus et finalement il ne fait rien pour rehausser le soutien financier à nos aînés qui sont les principaux touchés par cette pandémie. Soyez assurés que je mettrai tout en œuvre pour tenir le gouvernement responsable de sa gestion de la pandémie et limiter les dégâts que celui-ci peut faire au Québec », conclut le député bloquiste.

Lire la suite

33e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle - Du 21 au 27 mars 2021 -

33e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle - Du 21 au 27 mars 2021 -

Au Québec, 169 000 personnes vivent avec une déficience intellectuelle, soit 2% de la population. Avec leur famille et leurs proches, c’est 400 000 personnes qui sont directement concernées par les enjeux que la déficience intellectuelle induit. Parce que ces personnes ont le droit de bénéficier des mêmes conditions que tous, et ce, dans les différentes sphères de leur vie : étudier, travailler, être soigné, se loger, développer son potentiel, se divertir, la Semaine québécoise de la déficience a été créée il y a 33 ans. La Semaine québécoise de la déficience intellectuelle est une semaine de sensibilisation provinciale ayant pour objectif de créer des rapprochements entre la population et les personnes vivant avec une déficience intellectuelle et de défaire les préjugés dans l’espoir de bâtir une société plus inclusive. Elle est portée par la parole de deux ambassadeurs de taille : l’acteur Vincent-Guillaume Otis dont le frère vit avec une déficience intellectuelle et la comédienne Gabrielle Marion-Rivard qui a une déficience intellectuelle. Déconstruire les préjugésPour cette 33e édition, qui se tiendra du 21 au 27 mars 2021, il s'agira de défaire les fausses croyances qui entourent la déficience intellectuelle. Par une série de propos ou de faits représentés par des personnes de différentes générations (enfant, étudiant, travailleur, personne vieillissante et couple), il s'agira de déconstruire les préjugés en renversant la psychologie du public pour faire en sorte qu’il s’interroge sur ses propres perceptions. L'objectif est de renvoyer la balle dans le camp des personnes dites "neurotypiques" et de leur permettre ainsi de prendre conscience de ce qu’elles ignoraient en s’interrogeant à savoir « pourquoi je pense qu’une personne ayant une déficience intellectuelle ne peut travailler, avoir une vie amoureuse, vivre en appartement, etc. D’où me viennent ces informations ? »  Vincent-Guillaume Otis © Jonathan Boulet-GroulxActeur émérite reconnu entre autres pour son rôle de sergent-détective Patrick Bissonnette dans la très populaire série District 31, Vincent-Guillaume est le porte-parole de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle depuis 2010. Généreux, ouvert, à l’écoute et engagé, il comprend bien les enjeux qui touchent cette limitation fonctionnelle, puisque son frère, Jean-Sébastien, vit avec une déficience intellectuelle. Gabrielle Marion-Rivard © Jonathan Boulet-GroulxGabrielle, connue notamment pour sa prestation dans le film Gabrielle dans lequel elle tenait le rôle principal, s’est jointe à Vincent-Guillaume en 2014 pour mieux faire connaître la déficience intellectuelle. Source de fierté pour les personnes qui ont un handicap, Gabrielle est devenue une inspiration pour toute la communauté. Connaissant ce que vivent quotidiennement les personnes ayant une déficience intellectuelle, elle est une porte-parole en or, qui sait mettre en lumière les talents de ces personnes remarquables.

Lire la suite

Dominique Anglade interpelle François Legault pour une possible considération des impacts régionaux associés aux mesures mur-à-mur

Dominique Anglade interpelle François Legault pour une possible considération des impacts régionaux associés aux mesures mur-à-mur

La cheffe de l’opposition officielle et porte-parole responsable de la Charte des régions, madame Dominique Anglade, interpelle le premier ministre François Legault afin qu’il demande à la Santé publique d’étudier la possibilité de moduler les contraintes associées aux mesures sanitaires dans les régions moins touchées par la COVID-19. Le gouvernement doit valider si certains assouplissements aux règles, accompagnées des mesures de suivis appropriées le cas échéant, peuvent être apportés dans des régions où la Santé publique le jugerait approprié.« Actuellement, plusieurs régions ont eu la chance d’être globalement épargnées par lapandémie. Bien qu’il y ait certaines éclosions et que la santé et la sécurité des Québécoisdemeurent nos priorités, ces régions doivent se résigner à appliquer les mêmes mesuressanitaires que les régions plus densifiées et aux prises avec une transmission beaucoupplus importante de cas et un taux d’hospitalisation en augmentation. Je demande àFrançois Legault de considérer la particularité de ces régions et de demander à la Santépublique d’étudier en fonction de leur situation épidémiologique régionale, les impactsdes contraintes associées aux mesures sanitaires établies de manière mur-à-mur surl’ensemble du territoire du Québec. Évidemment, nous continuons à demander auxQuébécois de suivre les consignes sanitaires. »Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle et porte-parole responsable de laCharte des régions

Lire la suite

Radon : une nouvelle subvention et des appuis officiels liés à la problématique du radon sur le territoire

Radon : une nouvelle subvention et des appuis officiels liés à la problématique du radon sur le territoire

 Le conseil municipal a adopté lors de la séance du 25 janvier troisrésolutions entourant la problématique du radon.Afin d’aider les citoyens touchés par une problématique de radon dans leur demeure, la Ville deBeloeil offre une aide financière pour l’achat d’un dosimètre. Cette remise en argent vise à soutenir financièrement les propriétaires d’immeubles qui procèdent à l’acquisition d’un dosimètre aux fins de détection du radon. La remise accordée par la Ville au propriétaire de l’immeuble équivaut à 50 % du coût d’acquisition, incluant les taxes applicables, jusqu’à concurrence de 30 $. Seule l’acquisition d’un dosimètre homologué comme tel donne droit à la remise. Le règlement entrera en vigueur à la suite du conseil du 22 février et applicable pour les dosimètres acquis depuis le 1er janvier 2020. Le formulaire à compléter sera disponible dès le 23 février sur notre site Web.« Nous sommes conscients que le radon peut poser un risque pour la santé des citoyens. C’est pour cette raison que nous souhaitons aider les propriétaires qui ont des immeubles. Tous les citoyens de la Ville de Beloeil ont le droit de vivre dans un environnement sécuritaire et sain pour leur santé », souligne madame Diane Lavoie, mairesse de la Ville de Beloeil.Par ailleurs, la Ville a également adopté une résolution reconnaissant la problématique du radon et demande au gouvernement du Québec diverses mesures, telles que de modifier le Code de construction afin d’abaisser la concentration maximale, d’exiger un système de protection contre les gaz souterrains sur l’ensemble du territoire et de créer un programme d’aide financière destiné à aider les propriétaires à entreprendre les mesures correctives visant à abaisser la concentration de radon dans leur propriété.Finalement, le conseil a adopté une autre résolution dans ce dossier concernant l’engagement de la Ville de Beloeil dans la campagne provinciale Villes et municipalités contre le radon 2020-2021 de l’Association pulmonaire du Québec, consistant à mener des activités de prévention et de sensibilisation quant au danger que représente le radon.

Lire la suite

PANDÉMIE COVID-19 Compte de taxes : taux d’intérêts à 0 % jusqu’au 31 mars

PANDÉMIE COVID-19 Compte de taxes : taux d’intérêts à 0 % jusqu’au 31 mars

En raison de la situation particulière liée à la Covid-19, les élusde la Ville de Beloeil ont voté, durant la séance du conseil du 25 janvier, en faveur d’uneabolition des frais d’intérêts et de pénalité, dès aujourd’hui 26 janvier jusqu’au 31 mars2021.« Avec les effets de la pandémie qui perdurent, nous sommes conscients que certainscitoyens vivent des situations plus difficiles. C’est pour cette raison que nous avons votéen faveur de l’abolition des intérêts et pénalité normalement appliqués sur les comptesimpayés afin d’alléger le fardeau financier et donner un peu de répit aux citoyens qui enont besoin », souligne madame Diane Lavoie, mairesse de la Ville de Beloeil.Le taux d’intérêt sera donc de 0 % sur les taxes impayées dont l’échéance est le 24 février,jusqu’au 31 mars 2021. Cette mesure est valide tant pour les citoyens que pour lesentreprises.Modalités de paiement : privilégier le paiement en ligne- Les citoyens sont encouragés à procéder au paiement de leurs taxes par paiementpréautorisé via le formulaire en ligne disponible sur le site Internet. La démarche poureffectuer ce type de paiement est simple et sécuritaire. Pour utiliser ce mode depaiement, cliquer ici : https://beloeil.ca/wp-content/uploads/2018/10/Beloeilformulaire-adhesion-ppa.pdf- Le paiement de taxes peut également se faire en ligne via votre institution financière.- Finalement, il est aussi possible de payer par chèque. Pour cette modalité de paiement,vous pouvez le transmettre par la poste, ou venir déposer votre chèque à l’intérieur dela boite sécurisée à l’extérieur de l’hôtel de ville. Cette boite est vidée sur une basequotidienne.

Lire la suite

COURS INFORMATIQUES EN LIGNE GRATUITS POUR NOS CITOYENS En partenariat avec Alphanumérique

COURS INFORMATIQUES EN LIGNE GRATUITS POUR NOS CITOYENS En partenariat avec Alphanumérique

La bibliothèque Roland-LeBlanc de la Ville de Saint-Basile-leGrand, en partenariat avec le projet Alphanumérique, est fière d’offrir gratuitement des cours informatiques en ligne à ses citoyens.Alphanumérique est un projet national souhaitant permettre à tous d’acquérir les compétences pour employer efficacement et en toute confiance les outils technologiques et Internet. Leur offre d’apprentissage est diversifiée et complètement gratuite pour les citoyens.En raison de l’évolution actuelle de la pandémie, les formateurs des cours offerts pour les mois de février et mars animeront les séances entièrement en ligne. Voici les thèmes discutés :Tablette iPad Partie 1 – Mieux utiliser la tablette avec Alphanumérique : jeudi 18 février, 10 h à 11 h Partie 2 – Le web et ses ressources avec Alphanumérique : jeudi 4 mars, 10 h à 11 h Partie 3 – Téléchargement et gestion des applications avec Alphanumérique : jeudi 18 mars, 10 h à 11 hTablette Android Partie 1 – Mieux utiliser la tablette avec Alphanumérique : vendredi 19 février, 10 h à 11 h Partie 2 – Le web et ses ressources avec Alphanumérique : vendredi 5 mars, 10 h à 11 h Partie 3 – Téléchargement et gestion des applications avec Alphanumérique : vendredi 19 mars, 10 h à 11 hInfonuagiqueIntroduction au concept de l’infonuagique avec Alphanumérique : mercredi 24 février, 10 h à 11 h ou mercredi 24 mars, 10 h à 11 hUne de ces formations vous intéresse? Visitez le www.villesblg.ca/activites pour tous les détails sur les cours offerts et leurs contenus. Veuillez noter que le numéro d’abonné à la bibliothèque est obligatoirelors de l’inscription.Le projet Alphanumérique offre également des formations autonomes et des exercices interactifs adaptés à votre niveau de connaissance et d’autonomie face à l’utilisation des outils numériques. Rendez-vous au https://alphanumerique.ca/espace-public/cours-autonomes/ pour consulter les outils disponibles.VOUS DÉSIREZ VOUS INSCRIRE?Les inscriptions débutent le 26 janvier. Vous pourrez vous inscrire via le formulaire en ligne ou par téléphone. Visitez le www.villesblg.ca/activites pour tous les détails.Le projet AlphanumériqueAlphaNumérique est un projet national destiné aux citoyens du Québec, aux nouveaux arrivants et aux citoyens francophones du Canada. L’objectif est de leur offrir gratuitement la possibilité d’acquérir les compétences fondamentales en littératie numérique pour mieux naviguer dans notre société numérique.AlphaNumérique s’inscrit dans le plan stratégique numérique du Canada et plus particulièrement dans le Programme d’échange en littératie numérique initié par Innovation, Sciences et Développement économique Canada. Le projet a reçu une subvention de près de 3 millions sur les 30 millions que contenait l’enveloppe fédérale. Développé par BIBLIOPRESTO en collaboration avec Techno Culture Club, AlphaNumérique bénéficie aussi de partenariats étroits avec l’Association des bibliothèques publiques du Québec, le Réseau BIBLIO du Québec e t Bibliothèque et Archives nationales du Québec. (source :Alphanumérique.ca)

Lire la suite

Partenariat : Via Capitale se dote d’un allié de premier plan en financement hypothécaire

Partenariat : Via Capitale se dote d’un allié de premier plan en financement hypothécaire

La bannière immobilière québécoise Via Capitale est fière d’annoncer qu’elle a conclu une entente avec le cabinet hypothécaire Groupe Orbis. Le cœur de cette entente prévoit un accès complémentaire au financement résidentiel et commercial pour les clients de Via Capitale, tout en offrant des taux concurrentiels et des conseils d’expert. En vigueur dès aujourd’hui, le partenariat offre aux clients qui font affaire avec un courtier de Via Capitale l’accès à un prêt alternatif, un prêt multi-logement ou un prêt commercial à des conditions avantageuses par l’entremise d’un courtier hypothécaire du Groupe Orbis. « Via Capitale se distingue encore une fois des autres bannières, par sa volonté de constamment innover en offrant un portefeuille de solutions d’emprunt encore plus diversifié et concurrentiel. Nous sommes heureux de pouvoir répondre à la demande grandissante d’un marché en pleine effervescence » indique Luc Poupart, président et chef de la direction de Via Capitale.Teddy Kyres, président du Groupe Orbis et courtier hypothécaire partage cet avis. « Nous sommes ravis de répondre aux besoins hypothécaires des clients des courtiers immobiliers de Via Capitale avec le même soin et la même attention individuelle qui ont fait notre réputation, tout en étendant notre présence à travers le Québec. De plus, nos courtiers et clients hypothécaires bénéficieront de l'accès au programme unique de protection hypothécaire de Via Capitale pour les dossiers admissibles. Je suis convaincu que ce partenariat se traduira par une expérience de haute qualité pour notre communauté collective de clients. »Protection hypothécaire Via Capitale est une pionnière des protections destinées aux acheteurs et vendeurs et est maintenant reconnue comme étant la seule bannière immobilière à offrir la protection hypothécaire. Celle-ci est offerte depuis 1993 aux acheteurs qui contractent un prêt traditionnel par l’entremise de ses partenaires financiers, Desjardins, Banque Nationale et BMO. Grâce au nouveau partenariat, la bannière est heureuse d’annoncer que les clients de ses courtiers immobiliers pourront également en bénéficier, lorsqu’ils contractent un prêt alternatif pour un terme fermé avec le Groupe Orbis. Certaines conditions s’appliquent. La protection hypothécaire rembourse notamment les versements hypothécaires en cas de perte d’emploi ou de décès (capital et intérêts), sous réserve d’autres conditions. À propos du Groupe Orbis Groupe Orbis est un cabinet hypothécaire ayant accès à de nombreuses institutions de prêt dans l’ensemble du Canada, y compris les grandes institutions financières, les coopératives d’épargne et de crédit, les sociétés de fiducie et les prêteurs privés. Le groupe opère depuis 2018 et son expertise repose sur service financier personnalisé offert par des courtiers en prêts hypothécaires chevronnées qui aident leurs clients à atteindre leurs objectifs d’emprunt grâce à des solutions flexibles. Visitez le groupeorbis.com pour en savoir plus. À propos de Via Capitale Via Capitale est un chef de file de l'immobilier, fondée au Québec il y a 30 ans. Sa mission est d'offrir le meilleur service à ses clients en misant sur l'aspect humain, le professionnalisme et l’innovation, lors des milliers de transactions immobilières conclues par ses 900 courtiers et plus partout au Québec. Via Capitale est une division de Bridgemarq Real Estate Services, une fiducie de revenus inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole TSX: BRE.TO. Pour plus de renseignements, visitez viacapitalevendu.com.

Lire la suite

ANNONCE PROJETS RETENUS La MRCVR, le CALQ et le MAMH appuient Nicolas Boulerice et L’Arrière Scène

ANNONCE PROJETS RETENUS La MRCVR, le CALQ et le MAMH appuient Nicolas Boulerice et L’Arrière Scène

La MRC de La Vallée-du-Richelieu (MRCVR) est fière de collaborer à l’entente de partenariat territorial pour les arts et les lettres en Montérégie-Est. Cette entente permet de distribuer 268 500 $ aux artistes et organismes culturels de ces régions pour la réalisation de projets dans etavec les communautés au cours de la prochaine année. « Le travail de nos artistes contribue à notre qualité de vie. La collaboration entre la MRC de La Vallée-du-Richelieu, le MAMH et le CALQ donne vie aux propositions des artistes de notre territoire. Les projets soutenus sont en lien avec la communauté et permettront aux citoyen(ne)s d’en profiter. En cette période de pandémie, continuons de soutenir et de miser sur les arts et la culture et par le fait même les artistes », a tenu à préciser la mairesse de la Ville de Beloeil et préfète de la MRCVR, madame Diane Lavoie.Notons que cette entente regroupe le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), les Municipalités régionales de comté (MRC) d’Acton, du Haut-Richelieu, de La Haute-Yamaska, de Marguerite-D’Youville, des Maskoutains, de Pierre-De Saurel (à l’exception de SorelTracy), de Rouville, de La Vallée-du-Richelieu, le CLD de Brome-Missisquoi, la Table de concertation régionale de la Montérégie (TCRM), et ce, en collaboration avec Culture Montérégie. Les projets ont été sélectionnés au mérite, sur la base de l’excellence de leur proposition et de leur adéquation avec les objectifs du programme par un jury d’artistes professionnels réunis par le CALQ. Les projets soutenus sont les suivants :Le projet Confiné aux voyages, de monsieur Nicolas Boulerice, reçoit une bourse de 18 000 $Création et production d'un concert titré, Confiné aux voyages, inspiré du répertoire de l’album Maison de pierres avec quatre artistes de la Montérégie-Est et diffusion en 12 lieux inusités, tout le long de la rivière Richelieu. « L’obtention de cette bourse me fait particulièrement chaud au cœur. C’est un grand privilège de pouvoir compter sur des fonds dédiés à des projets artistiques qui favorisent les liens avec la communauté. J’ai hâte de retrouver mes collaborateurs et aller à la rencontre du public dans une région aussi belle et inspirante. Merci au CALQ, au MAMH et à la MRC de La Vallée-du-Richelieu », a commenté monsieur Nicolas Boulerice, musicien et auteurcompositeur de la Municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu.Le projet La question du devoir, théâtre invisible pour les écoles secondaires, de L’ArrièreScène, reçoit une bourse de 24 000 $En 2021, L’Arrière Scène souhaite offrir aux élèves de 4e et 5e secondaire de la Montérégie une expérience de théâtre invisible avec La question du devoir, une production du Carrousel, compagnie de théâtre, jouée directement en classe. « L’annonce de l’obtention de cette subvention régionale, en ce début d’année encore précaire pour les arts vivants, fait le plus grand bien. Je salue les partenaires de cette entente historique en Montérégie ainsi que lesartistes du Carrousel, compagnie de création, les initiateurs du projet. Le milieu culturel a plus que jamais besoin de l’appui de sa communauté. À l’Arrière Scène, nous sommes impatients de retrouver notre public. Merci encore ! », a mentionné monsieur Jean-François Guilbault, directeur artistique de l’organisme.

Lire la suite

Enquête annuelle de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec 18 % de pharmaciens manquants dans les établissements de santé de la Montérégie

Enquête annuelle de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec 18 % de pharmaciens manquants dans les établissements de santé de la Montérégie

Le manque de pharmaciens d’établissements continue d’affecter lourdement la Montérégie. Selon les résultats de la dernière enquête annuelle de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (A.P.E.S.), la région enregistrait un taux de pénuriede pas moins de 18 %. L’A.P.E.S. réclame des actions rapides afin de résorber la situation et d’éviter des conséquences trop importantes sur les soins et services à la population. Au 1er avril 2020, 26 postes de pharmaciens en équivalent temps complet (ETC) étaient non comblés sur un total de 142 postes dans les établissements de santé de la Montérégie. Ces derniers ont d’ailleurs eu recours aux services de pharmaciens dépanneurs pendant 340 jours entre le 1er avril 2019 et le 31 mars 2020.À l’échelle du Québec, un poste de pharmaciens d’établissements sur cinq (19 %) était non comblé. L’enquête annuelle 2020 a révélé 286 postes non comblés en ETC et 5503 jours de dépannage. Considérant la période couverte, les données ne permettent d’ailleurs pas d’évaluer les effets de la pandémie de COVID-19, qui a possiblement aggravé la situation.« Nous sommes arrivés à un point où la pénurie nuit à la couverture de soins pharmaceutiques offerte aux patients hospitalisés, ambulatoires et hébergés en CHSLD. Or, dans un contexte de vieillissement de la population et d’explosion des problèmes de santé aigus et chroniques, un établissement de santé doit pouvoir compter sur un nombre suffisant de pharmaciens. En tant qu’experts des médicaments, ceux-ci doivent faire partie plus systématiquement des équipes de soins, dans une logique d’interdisciplinarité », a déclaré le président de l’A.P.E.S., M. François Paradis.Outre la découverture de secteurs importants, tels que l’urgence et les CHSLD, l’insuffisance de soins pharmaceutiques en établissement de santé a plusieurs conséquences négatives :- l’augmentation des risques d’incidents et d’accidents médicamenteux;- l’allongement de la durée moyenne des hospitalisations;- des risques d’effets indésirables et d’interactions;- des retours à l’urgence et des réhospitalisations (syndrome des portes tournantes);- une diminution de la qualité de vie des patients;- des coûts supplémentaires pour le système de santé.Assurer une rémunération concurrentielle et prévisibleLe renouvellement de l’entente de travail entre les pharmaciens d’établissements et le gouvernement du Québec, venue à échéance le 31 mars 2020, est une occasion à saisir pour accroître la capacité du réseau d’intéresser la relève à la pratique en milieux hospitaliers et de soins de longue durée. De 20 % à 50 % de la rémunération des pharmaciens d’établissements repose aujourd’hui sur des mesures dites « temporaires », lesquelles sont remises en question à chaque négociation. L’A.P.E.S. souhaite que ces mesures soient pérennisées afin de mettre fin à l’incertitude entourant les conditions des pharmaciens d’établissements.« Dans les dix dernières années, on a diplômé en moyenne 62 pharmaciens par année du programme de maîtrise en pharmacothérapie avancée, qui prépare à la pratique en milieu hospitalier. Bien qu’on observe une croissance notable des admissions au programme, il faut stimuler l’attrait pour la profession. Cela passe notamment par la fiabilité de la rémunération », a souligné M. Paradis.« Voilà plus de 10 ans que ces mesures ont été mises en place. Elles n’ont plus de temporaires que le nom. Le ministère de la Santé et des Services sociaux et l’A.P.E.S. ont unanimement reconnu, dans un rapport conjoint déposé à l’automne 2019, l’efficacité et la pertinence de ces mesures. Leur rapport, fruit de travaux réalisés en comité sur une période de 18 mois, en recommande la reconduction. Que faut-il de plus pour convaincre le gouvernement ? », a pour sa part demandé Mme Linda Vaillant, pharmacienne et directrice générale de l’A.P.E.S.Les mesures temporaires ont notamment permis l’allongement de la semaine de travail d’environ 10 %, ce qui équivaut à l’addition de plus de 130 pharmaciens d’établissements à temps complet au réseau. Elles reconnaissent aussi la contribution des pharmaciens dans les milieux où sont formés les résidents en pharmacothérapie avancée. Enfin, elles prennent en compte les difficultés de recrutement particulièrement importantes dans certaines régions.Globalement, elles contribuent à une rémunération plus concurrentielle au regard de celle versée aux pharmaciens à l’emploi des pharmacies de quartier. Ces pharmacies constituent le principal milieu de travail des pharmaciens au Québec. Sans une rémunération à tout le moins compétitive, les jeunes pharmaciens vont à nouveau délaisser les établissements de santé. Un écart de rémunération majeur entre les milieux de pratique a d’ailleurs alimenté, dès les années 2000, la pénurie d’effectifs que l’on s’efforce toujours de renverser.MéthodologieLes chiffres compilés dans cette enquête annuelle ont été établis sur la base des données fournies par les départements de pharmacie des établissements de santé du Québec. Sur 40 départements, 37 ont participé à cette enquête de l’A.P.E.S., soit un taux de réponse de 92,5 %. L’enquête couvre l’exercice budgétaire des établissements de santé du 1er avril 2019 au 31 mars 2020.À propos de l’A.P.E.S.L’A.P.E.S. est un syndicat professionnel incorporé en vertu de la Loi sur les syndicats professionnels (L.R.Q., chapitre S-40). Elle représente plus de 1700 pharmaciens travaillant principalement dans les centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS), les centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS) et les centres hospitaliers universitaires du Québec.

Lire la suite

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx