Affaires publiques

25 septembre 2020

Aide financière de 2,3 milliards $ pour soutenir les municipalités dans le contexte de la pandémie « Une contribution majeure pour une relance sécuritaire et durable », selon l’UMQ

Aide financière de 2,3 milliards $ pour soutenir les municipalités dans le contexte de la pandémie « Une contribution majeure pour une relance sécuritaire et durable », selon l’UMQ

Fruit de plusieurs mois de collaboration entre les trois paliers de gouvernement, l’aide financière de 2,3 milliards de dollars pour les années 2020 et 2021, annoncée le 25 septembre dernier par le gouvernement du Québec, arrive à point nommé pour les municipalités québécoises en ce début de deuxième vague de la pandémie. « Nous avons été au rendez-vous alors que la pire crise sanitaire des 100 dernières années frappait la planète et nous avons assumé nos responsabilités. Nos actions et nos efforts ont été déterminants pour nos entreprises et nos collectivités. Cette aide permettra d’atténuer les fortes pressions budgétaires qui se font sentir depuis le printemps dernier, d’assurer le maintien sécuritaire des services à la population, d’aider les municipalités à faire face à une deuxième vague de la COVID-19 et de soutenir les efforts nécessaires à une relance sécuritaire et durable dans toutes les régions du Québec », a déclaré la présidente de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. « Je tiens aussi à saluer le travail de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, madame Andrée Laforest. Son fort leadership dans ce dossier nous a permis d’arriver à cette annonce dans un court délai rarement observé dans nos relations tripartites », a-t-elle ajouté. Madame Roy a aussi tenu à manifester sa reconnaissance au premier ministre du Québec, monsieur François Legault, et au premier ministre du Canada, le très honorable Justin Trudeau. Cette aide permettra aux gouvernements de proximité d’assurer une relance économique sécuritaire et durable. Des remerciements particuliers ont aussi été formulés à l’égard du ministre des Transports, monsieur François Bonnardel, et du ministre des Finances, monsieur Éric Girard, qui ont fait preuve d’une ouverture remarquable tout au long des discussions. Faits saillants :Une contribution de 800 millions de dollars pour les années 2020 et 2021 pour le maintien des services municipaux et la relance sécuritaire dans toutes les municipalités québécoises;Une aide totale de 1,2 milliard de dollars en soutien au transport collectif;Une somme de 300 millions de dollars est aussi réservée pour répondre à d’éventuels besoins qui pourraient notamment découler de la deuxième vague de la COVID-19. Les décisions quant à l’allocation de cette somme seront prises à l’hiver 2021.La contribution gouvernementale permettra aux municipalités de toutes les régions du Québec de faire face dès maintenant à la deuxième vague, et ce, jusqu’à la fin de 2021. Au cours des prochains mois, les municipalités poursuivront entre autres leurs efforts pour maintenir les activités essentielles, garantir le respect des règles sanitaires notamment sur les chantiers de construction municipaux, assumer les pertes de revenus dans les sociétés de transport et accompagner les entreprises et commerces locaux. Citations : « Ma région a vécu les contrecoups de la crise de la COVID-19. Tout le Québec a été touché par la pandémie, mais les réalités régionales sont différentes. Aujourd’hui, on se donne de nouveaux outils pour participer pleinement à la relance économique, et ce, dans toutes les régions. » Marc-Alexandre Brousseau, président du Caucus des cités régionales de l’UMQ et maire de Thetford Mines « La crise actuelle a frappé de plein fouet les municipalités de toutes les tailles et dans toutes les régions du Québec. Pour les municipalités locales, les défis ont été énormes. Les services offerts à nos populations ont été maintenus et cela s’est traduit par une augmentation importante des dépenses. Cette entente tripartite va nous aider à traverser la crise et permettre aux régions de participer à une relance sécuritaire qui tiendra compte des besoins spécifiques de nos citoyennes et citoyens. » Joé Deslauriers, président du Caucus des municipalités locales de l’UMQ et maire de Saint-Donat « La contribution annoncée aujourd’hui nous donne un sérieux coup de pouce. La première vague a été difficile et on s’est serré les coudes pour y faire face. Par contre, la progression des cas au Québec et dans la région de la Capitale-Nationale m’inquiète sérieusement. La deuxième vague va être difficile, mais les villes ont prouvé qu’elles peuvent faire face à la situation. » Régis Labeaume, maire de Québec « Les municipalités de centralité ont fait des choix stratégiques dans la gestion de la pandémie. Elles ont choisi les services de proximité, quitte à augmenter leurs dépenses. L’annonce d’aujourd’hui reconnaît le travail qu’elles jouent en matière de développement économique dans leur région et leur donne les moyens de poursuivre leurs efforts dans les prochains mois. » Jean-Maurice Matte, président du Caucus des municipalités de centralité de l’UMQ et maire de Senneterre « Nous sommes devant un soutien qui nous permet d’être confiants sur l’intention du gouvernement du Québec d’accompagner tous les secteurs touchés par la crise de la COVID-19. Les sociétés de transport ont connu d’importantes pertes en raison du maintien des services alors que l’achalandage était au plus bas. Cette situation perdure et nécessite une réponse rapide. » Maxime Pedneaud-Jobin, président du Caucus des grandes villes de l’UMQ et maire de Gatineau « Cette nouvelle collaboration entre le gouvernement du Québec et les gouvernements de proximité arrive à point nommé, alors que les municipalités préparent leur budget pour 2021. L’année 2020 n’aura pas été de tout repos et l’année prochaine s’annonce aussi difficile. Le gouvernement du Québec répond à notre appel et nous l’en remercions ». Valérie Plante, présidente du Caucus des municipalités de la Métropole de l’UMQ et mairesse de Montréal La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

24 septembre 2020

Rendez-vous régionaux du monde municipal de l’UMQ Objectif relance économique pour les villes liées de l’agglomération de Montréal

Rendez-vous régionaux du monde municipal de l’UMQ Objectif relance économique pour les villes liées de l’agglomération de Montréal

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) a poursuivi aujourd’hui ses Rendez-vous régionaux du monde municipal, cette fois auprès des villes liées de l’agglomération de Montréal, regroupées au sein de l’Association des municipalités de banlieue (AMB). De manière virtuelle, les élues et élus municipaux de la région métropolitaine ont discuté des moyens nécessaires afin d’accélérer la relance économique durable et sécuritaire et de l’urgence que les gouvernements du Québec et du Canada s’entendent sur une aide financière rapide pour les gouvernements de proximité. « La crise sanitaire sans précédent que nous avons vécue a bousculé tout le Québec, les municipalités au premier chef. Le monde municipal a été en première ligne et a su apporter une réponse adéquate à la pire pandémie des 100 dernières années. En ce début de deuxième vague, tous les efforts doivent être déployés pour une relance de l'économie, mais avec toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des citoyens et des employés municipaux. Avec les élues et les élus municipaux des villes liées de l’agglomération de Montréal, nous avons fait le point sur nos expériences récentes et identifié les diverses mesures qui permettront de stimuler l’économie de la région métropolitaine », a déclaré madame Suzanne Roy, présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie. Engagées dans la relance économique durable et sécuritaireLes élues et élus des 15 villes liées ont été unanimes dans leur volonté de relancer tous les secteurs économiques de la région métropolitaine. « Les villes liées de l’agglomération de Montréal poursuivent avec confiance les efforts entrepris pour la reprise économique tout en gardant un œil attentif à la situation de la pandémie. La contribution financière de l’ensemble des paliers de gouvernement est essentielle pour nous accompagner dans nos efforts. Les municipalités de toutes les régions doivent avoir accès rapidement aux outils nécessaires pour assurer une relance économique durable et sécuritaire », a ajouté monsieur Beny Masella, administrateur de l’UMQ, président de l’AMB et maire de Montréal-Ouest. Parmi les sujets abordés, mentionnons entre autres le financement des infrastructures, la mobilité et le soutien aux commerces et aux entreprises de proximité. Rappelons que l’UMQ a présenté un important Plan de relance économique municipal pour fixer les conditions d’une reprise durable des activités économiques dans toutes les régions du Québec. L’Union a également chiffré les pertes encourues par les municipalités en raison de la COVID-19 d’ici la fin de 2020. Les mesures sanitaires d’exception et la baisse des revenus liée au confinement auront privé le monde municipal de plus d’un milliard $. Les dates et modalités d’inscription des différents Rendez-vous régionaux du monde municipal sont affichées sur le site Web de l’UMQ. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

23 septembre 2020

Matières organiques : la SÉMECS annonce le début de travaux pour augmenter sa capacité de traitement

Matières organiques : la SÉMECS annonce le début de travaux pour augmenter sa capacité de traitement

La Société d’Économie Mixte de l’Est de la Couronne Sud (SÉMECS) et ses partenaires franchissent un nouveau jalon afin d’agrandir et d’optimiser le centre de traitement des matières organiques par biométhanisation situé à Varennes. Cette mise à niveau des installations permettra d’augmenter considérablement la quantité de matières qui pourront y être traitées et valorisées. Grâce à un investissement de plus de 41 M$ de Longueuil et à un apport financier de 30 M$ dela SÉMECS, ce projet de 71 M$ (avant taxes) est l’aboutissement d’une entente officielle signéeen février 2019 avec l’agglomération de Longueuil pour le traitement des matières organiques deson territoire. Ainsi, à l’issue des travaux qui seront terminés en 2023, l’ensemble des résidencesde Boucherville, Brossard, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert serontdesservies. Avec plus de 430 000 citoyens, l’agglomération de Longueuil constitue un importantbassin de population.Les phases de construction seront réparties sur trois années. Les travaux permettront notammentl’ajout de trois nouveaux digesteurs et d’équipements pour le traitement de l’air, de l’eau, dubiogaz et du digestat, de même que l’agrandissement des bureaux administratifs et la mise enplace d’une nouvelle aire de réception avec une fosse.À terme, la capacité de traitement des matières organiques en sera donc plus que triplée, pourpasser de 35 000 à 120 000 tonnes par année. Plus de 650 000 personnes profiteront de ceservice en plus d’un large éventail d’institutions, commerces et industries. Le projet aura desretombées positives et importantes sur l’environnement, entre autres en permettant d’éviterl’émission d’une quantité considérable de gaz à effet de serre, soit l’équivalent de plus de5 500 voitures à essence par année.La concrétisation du projet n’aurait pu être possible sans l’apport essentiel de précieux partenaires. La SÉMECS remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec qui financent le Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage (PTMOBC), un important levier de financement pour la réalisation des travaux.Également, la SÉMECS tient à souligner le soutien indispensable de Desjardins, Ultragen, GPH, Monty & Associé ainsi que Biogaz EG.Citations« L’étroite collaboration entre les nombreux partenaires a été la clé du succès de la SÉMECSdepuis sa fondation en 2012. L’entreprise est maintenant un véritable modèle à l’échelle duQuébec quant au traitement et à la valorisation des matières organiques. Nous sommes fiersd’avoir développé une expertise qui a fait ses preuves et qui peut profiter à de nombreusescollectivités dont l’agglomération de Longueuil. Aujourd’hui, la mise en œuvre du chantier pouraugmenter la capacité de traitement constitue en quelque sorte une assise pour le futur. Nouspouvons dire haut et fort que pour ce projet, nous y avons mis toute notre énergie! », a déclaréMartin Damphousse, président de la SÉMECS.« C’est par la volonté commune des maires de l’agglomération de Longueuil, de la SÉMECS et desMRC partenaires qu’est née cette entente gagnant-gagnant. Plutôt que de partir de zéro, nousavons opté pour la solution la plus bénéfique pour Longueuil, soit d’utiliser et de bonifier deséquipements existants qui ont fait leurs preuves. À terme, ce sont plus de 41 M$ qui serontinvestis par Longueuil en partenariat avec le gouvernement du Québec. Cette entente sansprécédent d’une durée de 40 ans offre tous les avantages d’une entreprise publique, avec lesbénéfices d’une expertise privée, en plus de générer des économies importantes pour noscitoyens », a affirmé Sylvie Parent, mairesse de Longueuil.À propos de la SÉMECSSitué dans le parc industriel Novoparc de Varennes, le centre de traitement par biométhanisationde la Société d’Économie Mixte de l’Est de la Couronne Sud (SÉMECS) est issu d’un partenariatétabli entre les MRC de La Vallée-du-Richelieu, de Marguerite-D’Youville et de Rouville, et leconsortium privé Biogaz EG. L’entreprise est l’aboutissement d’une concertation entre les troisMRC partenaires et leurs 27 municipalités qui ont décidé d’unir leurs forces pour mettre en placele premier centre de biométhanisation dans le Grand Montréal où sont traitées les matièresorganiques résidentielles, commerciales et institutionnelles (ICI), ainsi que les boues de fossesseptiques. La SÉMECS assure la gestion du centre de traitement qui comprend, entre autres,l’optimisation et la modernisation des équipements, l’exploitation, l’entretien ainsi que les projetsde développement.

18 septembre 2020

RECYCLAGE DU VERRE La MRCVR déploie son nouveau service Point de verre

RECYCLAGE DU VERRE La MRCVR déploie son nouveau service Point de verre

La MRC de La Vallée-du-Richelieu (MRCVR) encourage les citoyen(ne)s du territoire à participer au nouveau service de valorisation du verre. Cinq conteneurs respectivement situés dans les municipalités de Beloeil, de Carignan, de McMasterville, de Mont-Saint-Hilaire et de Saint-Jean-Baptiste sont accessibles pour recueillir le verre transparent et coloré. Ce nouveau service, nommé Point de verre, permet un tri plus spécifique du verre et cette séparation de la collecte régulière des matièresrecyclables augmente sa pureté. Les consignes, les matières acceptées et les localisations des conteneurs sont précisées sur le site Web de la MRCVR au mrcvr.ca/point-de-verre. « Ce service répond aux demandes des résidant(e)s de notre région. Notre conscience collective environnementale évolue et nous savons qu’avec ces points de dépôt la valorisation du verre sera optimale », a tenu à préciser la mairesse de la Ville de Beloeil et préfète de la MRCVR, madame Diane Lavoie.Il est important de préciser que les bouteilles, les bocaux et les contenants de verre sont toujours acceptés dans le bac de recyclage lors de la collecte régulière et seront valorisés de diverses façons, notamment pour recouvrir les déchets dans les sites d’enfouissement. Au niveau des consignes d’utilisation, les contenants doivent être rincés, les bouchons et les couvercles doivent être retirés. Les conteneurs sont munis de sections identifiées et le tri du verre transparent ou coloré doit être respecté. Aucune matière laissée à l’extérieur des conteneurs n'est acceptée.INFOS SUR LE SERVICE POINT DE VERRELe verre recueilli sera acheminé à l’entreprise 2M Ressources située à Saint-Jean-sur-Richelieu. Le verre récupéré dans les conteneurs sera valorisé sous forme de contenants ou en laine minérale. Le verre accepté est celui transparent ou coloré, les bouteilles, les pots et les pots Mason. Les matières suivantes sont refusées : la céramique, la vaisselle, les plats en pyrex, les miroirs, les vases, la vitre, les fenêtres, la poterie, les ampoules et les tubes fluorescents.LOCALISATION DES CONTENEURSBeloeilMail Montenach (600, boul. Laurier)Stationnement arrière, près des rues Duvernay et LechasseurCarignanIGA Extra – Faubourg Carignan (2369, chemin Chambly)À l’arrière du IGAMcMastervilleIGA Extra –Les Marchés Pépin (20, boul. Laurier)Fond du stationnement avant, près de la voie ferréeMont-Saint-HilaireHôtel de ville de Mont-Saint-Hilaire (100, rue du Centre-Civique)Stationnement arrière du Centre civiqueSaint-Jean-Baptiste Garage municipal (3105, rue Léveillée)Stationnement à l’arrière, près du Marché Tradition

10 septembre 2020

92% des snowbirds inquiets de la gestion de la pandémie par les Américains

92% des snowbirds inquiets de la gestion de la pandémie par les Américains

Bien que 92% des snowbirds se disent inquiets de la réponse des autorités américaines à la pandémie de COVID-19, et malgré la crainte d’une deuxième vague, la fermeture des frontières et les risques, plus de la moitié des snowbirds espèrent encore passer l’hiver à la chaleur, selon un sondage de CAA-Québec (1). En effet, plus de la moitié (54%) des répondants estiment probable qu’ils voyagent l’hiver prochain. Ceux qui ont une propriété sous le soleil (soit environ la moitié des snowbirds) sont encore plus enclins à partir. Mais ils restent tout de même réalistes. À peine un répondant sur cinq (20%) a décidé s’il voyagerait cette année, et la réponse est «non» dans 88% des cas. Un sur quatre (25%) ignore encore à quel moment il prendra cette décision. Le facteur déterminant: l’évolution du virus. Parmi ceux qui resteront au Québec, 84% s’inquiètent d’une deuxième vague. «Pas moins de 96% des répondants estiment important d’avoir une assurance voyage qui couvre la COVID-19 à destination, et avec raison! Être hospitalisé à l’étranger coûte littéralement une fortune!»- Suzanne Michaud, vice-présidente, Assurances à CAA-QuébecL’assurance voyage est cruciale pour les snowbirdsLes snowbirds ont toutes les raisons d’être prudents à l’égard du virus et de ne pas négliger la couverture d’assurance en temps de COVID-19, surtout quand on sait que les soins médicaux aux États-Unis coûtent extrêmement cher. Parmi ceux qui resteront au Québec cet hiver, plus du tiers (37%) ont pris cette décision en raison de l’impossibilité de s’assurer contre la COVID-19. Pour des suggestions ou plus de détails sur les destinations permises et les restrictions en temps de COVID, consultez notre site Web ou un conseiller en voyages. La COVID-19 impose des précautions pour les snowbirdsSix snowbirds sur dix admettent avoir peur de contracter le virus. Pas étonnant que la quasi-totalité (98%) de ceux qui ont l’intention de voyager prévoient prendre des précautions supplémentaires semblables à celles en vigueur au Québec, allant même jusqu’à éviter les lieux publics (65%) ou les contacts avec la population locale (60%). D’ailleurs, les deux tiers des répondants (66%) indiquent que les mesures sanitaires mises en place à destination influenceront leur choix de voyager ou pas. Partir cet hiver? C’est tout ou rienAlors que 7 snowbirds sur 10 ont dû rentrer au Québec en catastrophe en mars et avril derniers, ils n’ont pas pour autant l’intention de faire dans la demi-mesure cet hiver. Ceux qui prévoient voyager le feront au même endroit, s’y rendront de la même façon et y resteront la même durée. Seulement 15% des voyageurs prévoient écourter leur séjour. Portrait des snowbirds québécois selon le sondage de CAA-Québec• Destination habituelle68% en Floride (33% à Fort Lauderdale-Miami, 9% à Palm Beach)7% dans un État américain autre que la Floride, principalement le Texas10% au Mexique5% dans les Caraïbes3% en Espagne• Hébergement46% condo18% maison11% maison mobile15% véhicule récréatif5% hôtel, auberge, etc.48% sont propriétaires, 47%, locataires• Durée de séjour43% 4 mois et plus22% 3 mois14% 2 mois13% 1 mois• Période de départ et d’arrivée33% partent en novembre, 24% en janvier57% reviennent en avril, 25% en marsÀ propos de CAA-QuébecCAA-Québec, organisme à but non lucratif, assiste chacun de ses membres en offrant des avantages, des produits et des services dans les domaines de la mobilité, du voyage, de l’assurance et de l’habitation. La CAA est la marque de confiance numéro 1 au Canada selon l’édition 2020 de l’Index annuel des marques de confiance publié par l’École de commerce Peter B. Gustavson de l’Université de Victoria.

08 septembre 2020

Programmes sociofiscaux REVENU QUÉBEC INVITE LES QUÉBÉCOIS ÀPRODUIRE LEUR DÉCLARATION DE REVENUS AVANT LE 30 SEPTEMBRE

Programmes sociofiscaux REVENU QUÉBEC INVITE LES QUÉBÉCOIS ÀPRODUIRE LEUR DÉCLARATION DE REVENUS AVANT LE 30 SEPTEMBRE

Revenu Québec rappelle aux Québécois qu’il leur reste moins d’un mois, soit jusqu’au 30 septembre 2020, pour produire leur déclaration de revenus afin de continuer à bénéficier des programmes sociofiscaux auxquels ils ont droit.Les citoyens ont tout avantage à transmettre leur déclaration de revenus rapidement, car la grande majorité d’entre eux ont droit à un remboursement d’impôt. C’est particulièrement vrai pour les personnes qui bénéficient de programmes sociofiscaux tels que le crédit d’impôt pour solidarité (CIS).Pour aider les citoyens à faire face à la pandémie de COVID-19, Revenu Québec a accordé unrenouvellement automatique temporaire du CIS. Cette mesure vient à échéance à la fin du mois. Ceux qui en bénéficient doivent produire leur déclaration de revenus dans les prochains jours pour éviter que leurs versements soient différés.Les bénéficiaires du crédit d’impôt pour maintien à domicile des ainés ont bénéficié d’un assouplissement semblable. Ils ont eu droit à un délai supplémentaire pour produire leur demande de renouvellement des versements anticipés. Cette mesure va cependant prendre fin le mois prochain. Revenu Québec encourage ceux qui ne l’ont pas encore fait à présenter leur demande de renouvellement rapidement. Le 30 septembre 2020 est également la date limite pour produire la déclaration de revenus sans intérêts ni pénalité, et pour payer notamment les soldes d’impôt et les acomptes provisionnels qui étaient dus dans la période débutant le 17 mars dernier. Cette échéance touche les particuliers ainsi que certaines sociétés et fiducies.Les citoyens et les entreprises qui éprouveront des difficultés à effectuer leur paiement à la date limite sont encouragés à communiquer avec Revenu Québec dans les meilleurs délais pour convenir d’une entente de paiement.Revenu Québec s’est engagé, dès le début de la pandémie de COVID-19, à faire preuve d’une grandesouplesse administrative. En effet, il a mis en œuvre une série de mesures pour aider les Québécois au cours des derniers mois, notamment les suivantes : le report au 1er juin 2020 de la date limite de production de la déclaration de revenus; le traitement prioritaire des déclarations de revenus qui donnent droit à un remboursement d’impôt; la prolongation temporaire des versements de certains programmes sociofiscaux, tels que le créditd’impôt pour solidarité et le crédit d’impôt pour maintien à domicile des aînés; un délai additionnel aux bénéficiaires du programme Allocation-logement pour leur permettre dedemander un renouvellement.L’ensemble des mesures d’aide annoncées par Revenu Québec sont décrites sur notre site Internet.JUSTE. POUR TOUS.Revenu Québec a pour mission de s’assurer que chacun paie sa juste part du financement des servicespublics. Son objectif est de maintenir l’équité fiscale dans l’intérêt de tous.

19 août 2020

Accès interdit aux terrains protégés du boisé du Mont-Saint-Bruno

Accès interdit aux terrains protégés du boisé du Mont-Saint-Bruno

Nature-Action Québec (NAQ) et la Ville de Sainte-Julie rappellent aux citoyens que certaines zones à proximité du parc Edmour-J.-Harvey et du mont Saint-Bruno sont protégées. Pour préserver l'intégrité des milieux naturels d'intérêt, l'accès à ces terrains est interdit, que ce soit pour la randonnée pédestre, le vélo de montagne ou autre activité.Ces zones, situées derrière le domaine des Hauts-Bois et adjacentes au parc national duMont-Saint-Bruno, sont protégées par la Loi québécoise sur le patrimoine naturel pour préserver la biodiversité des sites (voir carte en annexe). De l'affichage a été installé récemment afin d'informer la population à ce sujet et de l’affichage supplémentaire sera ajouté dans les prochaines semaines.Un milieu fragileRappelons que, depuis 2011, NAQ a acquis et protège à des fins de conservation trois lotssitués dans le boisé du Mont-Saint-Bruno. Le mont Saint-Bruno est identifié en tant que siteimportant de biodiversité dans le sud du Québec et est l’habitat de plusieurs espèces végétales à statut précaire. Dans le contexte de fragilité de ce milieu, l'accès aux sites et la pratique d'activités comme la randonnée et le vélo de montagne comportent des risques significatifs pour la qualité des lieux, liés notamment au piétinement de la végétation, à l'introduction d'espèces végétales envahissantes, à l'érosion du sol, aux feux de forêt et à la pollution du site. Situé à proximité de pôles urbains d’importance, ce milieu naturel constitue l’un des derniers grands refuges fauniques et floristiques du secteur.Pour les citoyens qui souhaitent marcher dans ce secteur et rejoindre le parc national duMont-Saint-Bruno, un sentier est accessible à partir du parc Edmour-J.-Harvey et de l’avenue du Mont-Saint-Bruno. La marche est autorisée dans le sentier, mais le vélo est interdit. Il est par contre possible de marcher à côté des vélos pour atteindre les sentiers de la SEPAQ situés plus loin dans la montagne.Pour en savoir plus sur Nature-Action Québec et ses projets, il est possible de consulter le site Web nature-action.qc.ca.

24 septembre 2020

JOURNÉE NATIONALE DES AÎNÉS Saint-Basile-le-Grand met en lumière l’importance de sa population aînée

JOURNÉE NATIONALE DES AÎNÉS Saint-Basile-le-Grand met en lumière l’importance de sa population aînée

La Ville de Saint-Basile-le-Grand souligne la Journée nationale des aînés se tenant annuellement le 1er octobre, un engagement du conseil municipal depuis 2018 visant à rendre hommage à la population grandbasiloise du troisième âge et à sensibiliser tous les citoyens à cette reconnaissance.« Toutes les générations ont le devoir de transmettre la mémoire de leurs aînés… Leur héritage, ce sontnos organismes d’entraide, nos institution, nos commerces, nos bâtiments, nos façons de faire, nostraditions… Pour bâtir un avenir meilleur, nous nous devons de connaître notre passé et prendreconscience des réalisations de nos prédécesseurs qui ont pavé le chemin », explique le maire YvesLessard.Des activités sécuritaires pour les aînésDans le contexte de la pandémie de COVID-19, qui touche particulièrement les aînés, la Ville appelle lapopulation à la solidarité et à l’écoute des besoins des personnes plus vulnérables. De son côté, à titre de Municipalité amie des aînés et par sa politique familiale, elle s’est engagée à poursuivre son action auprès de la population âgée, notamment en aidant à la mise en place d’activités leur permettant de bouger et de socialiser dans un environnement sécuritaire. En effet, la Ville a prévu des plages horairesspécialement réservées au public aîné pour le patinage libre à l’aréna Jean-Rougeau. Elle a égalementoffert la gratuité des locaux afin que le Club de la Gerbe dorée et le Cercle de Fermières puissent déplacer leurs activités respectives de danse et d’exercices au centre civique Bernard-Gagnon, mieux adapté pour le respect d’une distanciation physique entre les participants.Le conseiller municipal du district no 6 et responsable des dossiers liés à la famille, aux aînés et auxenfants, Émile Henri, tenait par ailleurs à souligner l’importance des organismes soutenant la populationâgée de Saint-Basile-le-Grand. « Je pense surtout au Club de la Gerbe dorée, au Centre de bénévolat et au Cercle de Fermières, trois organismes d’ici qui ont à cœur le bien-être des aînés et qui sont activement engagés pour briser l’isolement, des petits et des grands gestes qui prennent toute leur importance face à la pandémie que nous vivons » a-t-il déclaré.À propos de la Journée nationale des aînésEn 2010, le gouvernement du Canada a sanctionné la Loi célébrant les aînés du Canada par laquelle le 1er octobre a été désigné comme journée nationale en reconnaissance de la contribution inestimable des ainés à la société et à l’économie canadiennes. Cette date a été choisie puisqu’elle est célébrée dans le monde entier depuis que l’Organisation des Nations Unies (ONU) a proclamée la Journée internationale des personnes âgées en 1990.

24 septembre 2020

PHASE 2 • RÉFECTION DU BOULEVARD DU MILLÉNAIRE Un investissement de 1 120 000 $ pour des infrastructures de qualité et plus sécuritaires!

PHASE 2 • RÉFECTION DU BOULEVARD DU MILLÉNAIRE Un investissement de 1 120 000 $ pour des infrastructures de qualité et plus sécuritaires!

La Ville de Saint-Basile-le-Grand annonce à la population qu’à compter du 24 septembre, et ce, jusqu’à la fin du mois d’octobre, la deuxième phase des travaux de réfection du boulevard du Millénaire, amorcés en 2018, sera effectuée sur la portion des voies situées entre l’accès à la Place de la Gare et le rang des Vingt. L’élargissement du passage à niveau et la reconstruction de la surface de croisement seront réalisés, en collaboration avec le Canadien National (CN), afin d’améliorer la protection des piétons notamment en sécurisant la traverse. Ces travaux occasionneront la fermeture complète du passage à niveau du 9 au 15 octobre. Notons que la Ville a coordonné ses interventions avec celles du CN afin d’éviter des fermetures supplémentaires du passage à niveau.Pour une bonne gestion des infrastructures à long termeAfin de conserver le confort de roulement sur les principales artères de la ville, les interventions sur leboulevard du Millénaire se font sur le plan préventif. En procédant dès maintenant à des travaux deplanage et de pavage de la couche d’usure, cela permettra de prolonger significativement l’état de lachaussée et de préserver les infrastructures souterraines en diminuant notamment les infiltrations d’eau.En effet, sans ces travaux la Municipalité serait appelée à intervenir fréquemment sur cette artèreprincipale en période printanière, entre autres, et les coûts d’interventions annuels de colmatage etd’entretien s’avéreraient beaucoup plus importants que ceux prévus dans le cadre de ces travaux. Ainsi, un montant de 2 530 000 $ a été prévu aux règlements 1127 et 1127-1 pour la réalisation destravaux de la phase 1 réalisée en 2018 et de la présente phase. Par ailleurs, en septembre 2020, Transport Canada a attribué à la Ville une aide financière de 261 280 $ pour ce projet dans le cadre du Programme d’amélioration de la sécurité ferroviaire (PASF).La réfection du boulevard du Millénaire inclut principalement :• le planage et le pavage du boulevard entre la Place de la Gare et le rang des Vingt;• la réparation des bordures et des trottoirs existants actuellement endommagés;• la modification de la géométrie routière à l’intersection de la route 116;• l’installation de plaques podotactiles (texturées) et le réalignement de la piste cyclable;• le prolongement du sentier cyclo-pédestre du boulevard du Millénaire au sud de la route 116;• l’aménagement d’un passage piétonnier vis-à-vis le sentier piétonnier menant à la place Boulay;• le rétrécissement du boulevard du Millénaire à une seule voie par direction entre le Maxiet le rang des Vingt;• le pavage du sentier menant à la place Boulay (2021).Rappelons que ces travaux s’inscrivent dans un plan global de la Ville de Saint-Basile-le-Grand visant àmaintenir les infrastructures et d’en assurer la pérennité. En 2020 seulement, la Ville investira plus de12 M$ en travaux palliatifs, de réfection d’infrastructures sanitaires et pluviales, de réfection de parcs etde pavage. Les détails des travaux prévus ainsi qu’une carte du territoire montrant leur emplacement sont présentés sur le site Web municipal au villesblg.ca/travaux.Entraves à la circulationDu 24 septembre au 9 octobre, les voies de droite du boulevard Millénaire seront entravées pour laréalisation de travaux préparatoires, notamment la réparation de bordures et trottoirs et la réalisation demodifications routières.Interventions du côté sud de la route 116, à proximité et sur la voie ferrée (passage à niveau)Ces travaux nécessitent la fermeture complète du boulevard du Millénaire à la circulation, entre l’accès àla Place de la Gare et la route 116, incluant le passage à niveau, du 9 au 15 octobre. Afin d’accéder à laroute 116, un chemin de détour est prévu par la rue Principale et la montée Robert ou le boulevard deBoucherville (Saint-Bruno-de-Montarville). Les commerces demeureront accessibles durant les travauxpar le biais de la rue de la Gare. De la signalisation sera mise en place afin de guider les usagers de laroute.Du plus, du 9 au 11 octobre, il sera impossible pour les piétons et les cyclistes de traverser le passage àniveau et d’emprunter l’intersection de la route 116 et du boulevard du Millénaire. La Municipalité inviteles usagers à utiliser les autobus nos 24 (sud) et 26 (nord) d’EXO qui sillonnent tout le territoire. Les circuits et les horaires sont disponibles à exo.quebec/fr/planifier-trajet/autobus. À compter du 12 octobre, il sera possible d’emprunter la passerelle EXO afin de traverser la voie ferrée de façon sécuritaire et d’utiliser la piste cyclable. Par contre, quelques entraves partielles sont à prévoir et une section de la piste sera en gravier. Des signaleurs seront aussi présents pour diriger les citoyens et faciliter la circulation sur le chantier.Il est important de spécifier que la Municipalité a fait des demandes au ministère des Transports (MTQ) et à la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent (RIPRSL) afin de modifier le phasage et letemps des lumières de circulation dans le but d’améliorer la fluidité de la circulation aux intersections duboulevard du Millénaire, de la montée Robert et de la route 116.Interventions du côté nord de la route 116Du 15 octobre à la fin du mois d’octobre, la circulation sur le boulevard sera restreinte à une seule voiepar direction dans ce secteur. En plus, sur la portion du boulevard située entre le Maxi et le rang desVingt, la circulation se fera à sens unique seulement vers le rang des Vingt. Pour atteindre la route 116, les automobilistes seront invités à emprunter le chemin de détour prévu par la rue Audet. Une signalisation de détour sera mise en place.Des routes plus sécuritaires!La Ville de Saint-Basile-le-Grand est sensible aux inquiétudes de ses résidants et s’affaire, avec l’implication des membres de son comité de circulation, à rendre son territoire plus sécuritaire, notamment aux abords des passages à niveau à proximité de la route 116. À ce propos, elle travaille en étroite collaboration avec les différents paliers de gouvernement afin de trouver de nouvelles avenues pour diminuer les risques.« Le conseil a la volonté de mettre en place diverses actions afin de rendre notre territoire plus sécuritaire pour les usagers de la route les plus vulnérables en étant à l’écoute, entre autres, des recommandations de notre comité de circulation et en travaillant en collaboration avec le ministère du Transport du Québec. La reconfiguration des artères les plus à risque, en ajoutant, entre autres, des aménagements pour les piétons et les cyclistes, n’est qu’un exemple des mesures préventives qui seront mises en place afin de protéger la vie de nos citoyens. », déclare le maire de Saint-Basile-le-Grand, Yves Lessard.Soulignons qu’une étude de sécurité des traverses piétonnières des rues Jean-Charles-Michaud, Principale, Alvares et Parent, réalisée par le MTQ, est actuellement en cours. Par ailleurs, la Ville a mandaté une firme afin d’effectuer une étude de circulation dans le but d’améliorer la fluidité sur la montée des Trinitaire à l’approche de la route 116. D’autres mesures préventives sont à venir à court terme, comme l’optimisation des feux de circulation à l’intersection de la montée Robert et de la route 116, pour améliorer la fluidité et afin de réduire les dangers existants et potentiels pour les usagers en tenant compte de la configuration des lieux et du volume du trafic aux différentes traverses du territoire.Restez informés!Pour obtenir plus de renseignements sur ce projet, consultez le villesblg.ca/millenaire ou communiquezavec le Service du génie au 450 461-8000, poste 8305 ou à infotravaux@villesblg.ca.La Ville sollicite la collaboration et la vigilance des usagers de la route lorsqu’ils circulent dans la zone detravaux afin de respecter les prescriptions de la signalisation en place, et ce, pour leur sécurité et celle des travailleurs.Prévoyez vos déplacements!

21 septembre 2020

L’ITA prend le virage numérique et présente une offre de formation continue revisitée pour le secteur alimentaire

L’ITA prend le virage numérique et présente une offre de formation continue revisitée pour le secteur alimentaire

L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) est fier de dévoiler sa nouvelle offre de formation continue pour le secteur alimentaire. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les activités de perfectionnement qui sont au programme au cours de l’automne se dérouleront majoritairement selon une formule à distance afin d’assurer la sécurité de la clientèle. Les compétences exigées au sein des entreprises du secteur bioalimentaire et les besoins de main-d’œuvre qualifiée sont en augmentation. L’Institut propose une offre de formation qui est à la fois variée, adaptée à la réalité et en renouvellement constant. Les entreprises bioalimentaires peuvent également compter sur l’expertise d’un conseiller en formation continue de l’Institut pour évaluer les possibilités de créer une formation sur mesure adaptée à leurs besoins. Voici un aperçu des activités de formation offertes cet automne :Mettre en œuvre FSSC22000 dans votre entreprise Du 7 au 16 octobre et Du 11 au 20 novembrePrincipes généraux du système HACCP (RSAC) Date limite d’inscription : 8 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreMise en œuvre des programmes préalables au système HACCP (RSAC) Date limite d’inscription : 8 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreÉlaboration du plan HACCP (RSAC) Date limite d’inscription : 8 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembrePrincipes généraux du procédé de pasteurisation Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreModalités d'essai des systèmes de pasteurisation Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreGeneral principles of the pasteurization process Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreSystem test procedures pasteurization Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreHygiène et salubrité alimentaires (manipulateurs d’aliments et gestionnaires d’établissement) Du 13 septembre au 20 décembre Fabrication artisanale de jus à base de fruits Du 19 octobre au 13 novembreNorme BRC (British Retail Consortium) Dates à venir Pour de plus amples renseignements sur les activités de formation qui auront lieu au cours de l’année 2020-2021 ou pour procéder à une inscription, visitez le site Internet www.ita.qc.ca/formationcontinue ou communiquez avec l’ITA, par courriel à fc@ita.qc.ca ou par téléphone au 1 800 383-6272. Rappelons que l’ITA est un établissement d’enseignement collégial qui offre sept programmes de formation technique liés aux activités agricoles, horticoles, équines et alimentaires, ainsi qu’un service de formation continue dans ces secteurs d’activité. Pour plus d’information sur l’ITA, rendez-vous au www.ita.qc.ca.

16 septembre 2020

PANDÉMIE COVID-19 Annulation des événements de loisirs jusqu’au 31 décembre 2020

PANDÉMIE COVID-19 Annulation des événements de loisirs jusqu’au 31 décembre 2020

Les membres du conseil de la Ville de Beloeil ont décidé, en comité plénier, qu’en raison de l’augmentation quotidienne des cas de contamination à la COVID-19 des derniers jours, et des risques accrus de contamination lors des rassemblements, tous les événements de loisirs, incluant la Fête familiale qui devait avoir lieu le 26 septembre prochain, sont annulés, et ce, jusqu’au 31 décembre 2020.« Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous prenons cette décision, mais nous devons penser à lasanté et à la sécurité de nos citoyens, nos parents, nos enfants, nos familles. La Montérégie étantdésormais en zone jaune, comme annoncé par le premier ministre hier, il nous paraît inappropriéde maintenir la tenue de ces événements dans le contexte actuel. Bien que crève-cœur, noussommes convaincus que nous prenons la bonne décision, une décision prudente et avisée, dansle meilleur intérêt de nos citoyens », souligne Madame Diane Lavoie, mairesse de la Ville de Beloeil.Plus précisément sont annulées la Fête familiale prévue le 26 septembre, la Grande fête del’Halloween au centre des loisirs prévue le 30 octobre ainsi que la Soirée des bénévoles qui se tient habituellement en décembre.Concernant la programmation d’activités de loisirs, celle-ci est maintenue puisqu’elle implique depetits groupes de personnes dans des locaux permettant la distanciation sociale. Il est d’ailleursle temps de s’inscrire aux activités offertes cet automne. La programmation est disponible àhttps://loisirsculture.beloeil.ca/activites/.Finalement, la maison de la culture Villebon sera elle aussi en mesure de présenter quelquesspectacles : afin de respecter la distanciation sociale, ces spectacles seront exceptionnellementprésentés au Centre culturel de Beloeil, qui pourra accueillir jusqu’à 89 personnes en respectantle protocole sanitaire. La programmation complète des spectacles sera disponible au cours desprochains jours à https://loisirsculture.beloeil.ca/evenements/

09 septembre 2020

RINÇAGE ANNUEL DES CONDUITES DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION D'EAU POTABLE

RINÇAGE ANNUEL DES CONDUITES DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION D'EAU POTABLE

À compter du lundi 14 septembre pour une période de six semaines, le personnel municipal de la Ville de Saint-Basile-le-Grand effectuera progressivement les travaux annuels de rinçage des conduites d’eau potable du réseau de distribution sur l’ensemble du territoire grandbasilois.Cette opération, consistant au rejet des dépôts accumulés, peut provoquer une baisse temporaire de lapression d’eau ou lui donner une coloration jaunâtre ou brunâtre en raison du retrait de particules fines. Ilest donc recommandé de vérifier sa couleur avant de l’utiliser et, s’il y a lieu, de vidanger la tuyauterie enlaissant couler l’eau froide jusqu’à ce qu’elle redevienne limpide.Il n’est pas nécessaire de faire bouillir l’eau avant sa consommation.Pour plus d’information, joignez le Service des travaux publics par téléphone au 450 461-8000, poste8300, ou par courriel à tp@villesblg.ca.

01 septembre 2020

APPEL DE CANDIDATURES AU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU CENTRE DE SERVICES SCOLAIRE DES PATRIOTES

APPEL DE CANDIDATURES AU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU CENTRE DE SERVICES SCOLAIRE DES PATRIOTES

Le Centre de services scolaire des Patriotes (CSSP) lance son appel de candidatures visant à combler les 15 postes d’administrateurs de son conseil d’administration. Les membres de la communauté qui répondent aux critères d’éligibilité ont jusqu’au 28 septembre pour soumettre leur candidature. Rappelons qu'à la suite de modifications apportées à Loi sur l’instruction publique, le mandat des commissaires scolaires francophones a pris fin le 8 février dernier et que ceux ci seront remplacés par un conseil d’administration paritaire composé de parents, de membres du personnel et de représentants de la communauté et qui entrera en fonction le 15 octobre 2020.Composition du conseil d’administrationLe Conseil d’administration du CSSP sera composé de personnes compétentes, aux profils diversifiés et reconnues par leur milieu, soit cinq parents d’élèves, cinq membres de la communauté et cinq membres du personnel scolaire. Le président et le vice-président seront désignés parmi les membres parents lors de la 1re séance publique du conseil d’administration. La date sera annoncée ultérieurement.Un investissement à prendre au sérieuxMissionLa mission d’un centre de services scolaire est de soutenir les établissements d’enseignement, de les accompagner en leur rendant accessibles les biens et services et en leur offrant les conditions optimales leur permettant de dispenser aux élèves des services éducatifs de qualité. Pour ce faire, le centre de services scolaire organise les services éducatifs offerts dans ses établissements et s’assure d’une saine gestion des fonds publics. EngagementL’engagement des membres du conseil d’administration se traduira annuellement par 55 à 70 heures de travail en préparation et participation à des comités de travail et des séances publiques au cours desquelles sont adoptées les orientations et les grands encadrements de l’organisation ainsi que le budget. Environ six séances du conseil d’administration et trois à quatre rencontres de comités de travail sont prévues chaque année, en soirée.Qui peut poser sa candidature pour être membre ?Parents et employésLe parent d’un élève domicilié sur le territoire du CSSP qui est membre d’un conseil d’établissement ainsi que représentant au Comité de parents peut se porter candidat de même qu’un employé qui est membre d’un conseil d’établissement, une direction d’établissement et un membre du personnel d’encadrement. Les personnes éligibles recevront les documents de mise en candidature de la part du directeur général.Représentants de la communautéEn plus d’être domiciliés sur le territoire du CSSP et de ne pas être un membre du personnel, les représentants de la communauté doivent poser leur candidature pour l’un ou l’autre des cinq profils suivants. • Détenir une expertise en matière de gouvernance, d’éthique, de gestion des risques ou de gestion des ressources humaines• Détenir une expertise en matière financière ou comptable ou en gestion des ressources financières ou matérielles• Être issu du milieu communautaire, sportif ou culturel• Être issu du milieu municipal, de la santé, des services sociaux ou des affaires• Être âgé de 18 à 35 ansComment présenter une candidature?Tous les détails et le formulaire pour soumettre une candidature pour les représentants de la communauté sont disponibles sur csp.ca.

18 août 2020

HALTE DES VAPEURS : C’EST PARTI POUR LES TRAVAUX DE LA PHASE 1!

HALTE DES VAPEURS : C’EST PARTI POUR LES TRAVAUX DE LA PHASE 1!

Le coup d’envoi du projet de réaménagement de la Halte des Vapeurs, située en bordure de la rue Richelieu près du pont des trains, est maintenant donné! Les travaux de cette phase 1 se poursuivront pour une période d’environ 10 semaines.Cette première phase, dont les travaux sont situés du côté opposé de la zone destationnement, consistera à la mise en place d’une terrasse de bois, d’une placette ainsi qu’àl’élaboration de sentiers. Du mobilier urbain sera également mis à la disposition des citoyenset plusieurs nouvelles plantations horticoles seront faites. Le projet comprendra également l’acquisition et l’installation d’une œuvre d’art publiquecommémorant le tragique accident de train survenu en 1864. C’est Julie Robert, citoyenne deBeloeil, qui est la lauréate du concours d’art public lancé par la Ville en mars dernier, avec sonœuvre Pont pivot. L’œuvre d’art sera installée lorsque la phase 1 des travaux sera terminée, àl’automne 2020.La phase 2 des travaux se poursuivra en 2021 et 2022, alors qu’un pavillon sera installé audessus de la placette (apportant ombrage et protection contre les intempéries), unstationnement écologique au pavé imperméable et comprenant des îlots de verdure seraaménagé, et finalement l’accès à l’eau pour les canots, les kayaks et la pêche familiale serareconfiguré.Ce réaménagement des lieux a pour objectif d’offrir une accessibilité praticable et universelleavec vue sur la montagne et la rivière à tous les citoyens de Beloeil. La volonté est de conserverle parc de la façon la plus naturelle possible et à cet effet, le plan concept a été élaboré parNature-Action Québec et Conception Paysage

24 septembre 2020

Projet de loi 65 modifiant principalement la Loi sur la qualité de l’environnement en matière de consigne et de collecte sélective « La responsabilité élargie des producteurs, une réforme qui s’imposait », selon l’UMQ

Projet de loi 65 modifiant principalement la Loi sur la qualité de l’environnement en matière de consigne et de collecte sélective « La responsabilité élargie des producteurs, une réforme qui s’imposait », selon l’UMQ

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille positivement l’élargissement de la responsabilité des entreprises productrices de matières résiduelles. La réforme présentée est la première étape législative vers l'élargissement de la consigne et la modernisation du système de collecte sélective des matières résiduelles, annoncés respectivement les 30 janvier et 11 février 2020 et auxquelles l’UMQ a pris part. « La dernière réforme de cette importance date de plus d’une décennie. Le gouvernement du Québec prend la décision qui s’imposait en responsabilisant les producteurs de matières résiduelles, et ce, de leur mise en marché à leur fin de vie. Le monde municipal partage les objectifs de modernisation de la collecte sélective et de la consigne contenus dans le projet de loi et est satisfait que le Québec s'adapte à une nouvelle réalité de marchés qui changent constamment, ce qui permettra de diminuer l'instabilité financière que les municipalités vivaient depuis plusieurs années », a déclaré la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. L’UMQ réitère l’importance que les changements ne se traduisent pas en un poids financier additionnel pour les municipalités. « Alors que les municipalités font déjà partie de la solution dans la gestion des matières résiduelles, nous demeurerons vigilants afin qu’aucun coût supplémentaire en ce qui a trait aux contrats municipaux de collecte, de transport, de tri et de conditionnement des matières résiduelles ne découle de la réforme », a ajouté Madame Roy. Le projet de loi 65 propose des nouveaux pouvoirs habilitants aux différentes parties prenantes du système. Ceux-ci feront l’objet d’une attention particulière de l’UMQ afin d’établir une nouvelle forme de partenariat équitable pour les municipalités. « Le projet de loi donne au gouvernement les pouvoirs nécessaires pour encadrer l'élaboration, la mise en œuvre et le financement du système de collecte sélective et du système de consigne et confie à un organisme le fonctionnement de ces systèmes. La réforme, qui s’étendra sur une période de cinq ans, impliquera une transition afin d’établir le meilleur partenariat possible entre les producteurs et les municipalités qui demeurent responsables du service de proximité aux citoyens. Nous attendrons la proposition de règlement découlant du projet de loi afin d’aller dans le détail de la réforme proposée », a conclu la présidente de l’UMQ. Outre les nombreuses rencontres de groupes de travail sur le sujet tout au long de l’année 2020, rappelons qu’en 2019, l’Union a participé activement aux travaux du comité d’action pour la modernisation de la récupération et du recyclage, mis sur pied par le ministre de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, monsieur Benoît Charette. Le comité lui a remis, en octobre dernier, un projet de réforme en profondeur du système. Cette proposition était axée autour du principe de responsabilité élargie des producteurs qui mettent en marché des contenants, des emballages, des imprimés et des journaux, afin de rendre ces derniers imputables et de les impliquer dans la création de débouchés. Le comité aviseur du ministre, auquel siège l’UMQ, poursuivra ses travaux tout au long de la mise en œuvre du projet de réforme. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole

23 septembre 2020

Projet de loi n° 64 : une réforme qui ne doit pas être précipitée, estime la FCEI

Projet de loi n° 64 : une réforme qui ne doit pas être précipitée, estime la FCEI

Le 22 septembre dernier, alors que débutaient les consultations particulières sur le projet de loi n° 64, Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a salué le leadership du gouvernement du Québec, mais l’a également mis en garde contre l’impact des mesures prévues. « La technologie change nos vies au quotidien, mais elle est aussi de plus en plus présente dans la sphère privée. C’est donc tout à l’honneur du gouvernement du Québec de vouloir moderniser notre corpus législatif sur la protection des renseignements personnels afin de l’élever au niveau des normes internationales. La FCEI prendra part au débat sur le projet de loi n° 64 en ayant cela en tête, mais en gardant aussi à l’esprit la réalité des PME pour lesquelles il sera plus complexe d’appliquer les mesures prévues, sans compter que les amendes allant jusqu’à 25 millions $ risqueraient de les mettre hors-jeu » a souligné François Vincent, vice-président Québec à la FCEI. La FCEI a fait part de 5 recommandations clés afin de s’assurer que le projet de loi visant à protéger les renseignements personnels est facile à mettre en place et qu’il ne compromet pas la relance économique : Arrimer les mesures prévues avec celles relatives à la protection des renseignements privés qui devraient être annoncées sous peu par Innovation, Sciences et Développement économique Canada.Exclure les entreprises de moins de 10 employés dans l’application des nouvelles obligations administratives prévues au projet de loi n° 64.Plutôt que de sanctionner, procéder par accompagnement en mettant en place des ressources financières et humaines à la disposition des PME.Prévoir une période de transition d’au moins 36 mois et ne pas imposer d’amendes avant au moins 48 mois.Introduire la notion de « meilleure pratique » en matière d’évaluation des facteurs relatifs à la vie privée pour les entreprises québécoises qui font affaire à l’extérieur du Québec.« Il faut prendre le temps de bien faire les choses et d’adapter ce projet de loi au contexte économique et juridique du Canada. Pour assurer le succès d’une réforme aussi importante, mieux vaut privilégier la stratégie des petits pas pour arriver au bon endroit, au bon moment », a conclu M. Vincent. Pour plus d’information, consultez le mémoire de la FCEI : Projet de loi n° 64 : une réforme importante qui ne doit pas être précipitée. À propos de la FCEILa FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

21 septembre 2020

L’agroforesterie, une technique agricole alternative et écologique

L’agroforesterie,  une technique agricole alternative et écologique

L’agriculture à grande échelle est très efficace, mais elle comporte aussi de grands défauts environnementaux. Considérant qu’au Québec la forêt était la reine des lieux avant l’occupation de l’espace par l’être humain, l’introduction d’arbres aux systèmes agricoles classiques ne serait-elle pas une solution à plusieurs de ces défauts? La réponse est OUI! Cette combinaison existe déjà d’ailleurs. On l’appelle l’agroforesterie.Les haies brise-ventL’exemple le plus connu est les haies brise-vent, soit des haies d’arbres bordant les champs. Il y a aussi des variantes pour border les cours d’eau ou les bâtiments. Celles-ci s’implantent graduellement au Québec depuis environ 30 ans. Leur popularité découle des nombreux avantages écologiques aux effets économiques. Parmi les avantages, on note moins d’érosion au sol et une protection des cultures en hiver. Les arbres absorbent les surplus de fertilisants, ce qui limite la prolifération des algues dans les cours d’eau. Les haies forment des habitats pour les animaux, ce qui attire des insectes bénéfiques aux cultures et aide au contrôle naturel des parasites. De plus, la faune sauvage peut utiliser ces haies comme corridor de migration. Côté économique, on peut tirer un revenu des arbres par une récolte périodique de ces derniers. On peut utiliser des arbres à noix ou en association avec des champignons comestibles et faire le commerce de ceux-ci. Enfin, c’est très joli!Les systèmes intercalairesMoins connus, mais encore plus avantageux écologiquement, le système intercalaire comprend non seulement la haie en bordure de champs, mais aussi des haies à l’intérieur de la culture, il y a donc une alternance de rangées d’arbres et de zones de culture. Cette disposition amplifie les bénéfices du système agroforestier avec un minimum de perte de superficie. Par exemple, pour un espacement entre les rangées de 39 m (espacement ajusté à l’équipement du producteur), on estime à 3 % la perte de terre en culture. De plus, les études actuelles ne mesurent aucune baisse de rendement global dû à la présence des arbres.Combiner arbres et pâturageIntroduire des arbres dans les pâturages accroît le bien-être physique et mental de l’animal, encore plus dans les élevages de viande sauvage, tel le cerf qui vit naturellement en milieu forestier. Les arbres créent de l’ombre et protègent des vents, ce qui aide l’animal à maintenir une bonne température. Il peut donc consacrer plus d’énergie à sa croissance. En conclusion, l’agroforesterie est bonne pour l’écologie et notre économie. Utilisons-la!

14 septembre 2020

NETTOYAGE ET INSPECTION TÉLÉVISÉE DES CONDUITES D’ÉGOUTS

NETTOYAGE ET INSPECTION TÉLÉVISÉE DES CONDUITES D’ÉGOUTS

La Ville de Saint-Basile-le-Grand procédera à compter du lundi 14 septembre, par le biais de l’entreprise ICR Expert inc., au nettoyage et à l’inspection télévisée des conduites d’égouts dans divers secteurs du territoire grandbasilois. Les travaux, qui se dérouleront sur une période d’environ trois semaines, pourraient causer des bruits émanant des toilettes en raison de la pression d’eau supplémentaire envoyée dans la tuyauterie. Il est préférable, durant cette période, de tenir fermés les couvercles des toilettes afin d’éviter de possibles éclaboussures. Pour toute question ou pour signaler une situation problématique, les citoyens peuvent s’adresser au Service du génie au 450 461-8000, poste 8305 ou à genie@villesblg.ca.

09 septembre 2020

Lancement de la démarche de consultation publique sur l’avenir du terrain de golf de Beloeil

Lancement de la démarche de consultation publique sur l’avenir du terrain de golf de Beloeil

Comme il s’y est engagé en janvier dernier, le conseil municipal de la Ville de Beloeil lance aujourd’hui la démarche de consultation publique dans le cadre de la demande de modification de zonage attribué au Club de golf Beloeil.Le Club de golf Beloeil a informé la Ville qu’il est en difficulté financière et est menacé de fermeture, si bien qu’afin de rembourser ses dettes et assurer son avenir, les actionnaires souhaitent vendre l’équivalent de 5 % du terrain (champ de pratique) à un promoteur, afin d’y construire un projet immobilier. Pour ce faire, une modification de zonage est requise, puisqu’actuellement, le terrain du Club de golf Beloeil est zoné parc/golf/espaces verts. Ainsi, présentement, la construction d’unités résidentielles ou commerciales n’est pas permise sur le terrain. Un changement de zonage doit être soumis à l’approbation référendaire des résidents des zones voisines au terrain de golf.Les membres du conseil municipal souhaitent donc, avant de se prononcer d’une quelconque façon sur un éventuel changement de zonage, informer les citoyens sur les différents scénarios, répondre à leursquestions, puis sonder leur opinion.Cette démarche de consultation publique en temps de pandémie s’articulera ainsi de plusieurs façons :➢ Séance d’information pour l’ensemble des citoyens le 30 septembre à 19 h :o virtuelle avec plateforme interactive où tous les citoyens pourront poser leurs questions en direct;o en personne pour ceux n’ayant pas d’autres moyens d’y participer (64 places disponiblesen raison de la COVID-19 : 8 places par district, attribuées par tirage au sort si nécessaire);➢ Dépôt des commentaires et suggestions de l’ensemble des citoyens par le biais d’un formulaire enligne (disponible du 1er au 16 octobre);➢ Sondage téléphonique aléatoire réalisé par une firme indépendante auprès de 1600 citoyens deBeloeil répartis équitablement par district (du 5 au 16 octobre 2020).Un rapport du sondage, réalisé par la firme indépendante L’Observateur, sera déposé aux membresdu conseil en novembre. Ces données fiables et impartiales en main, jumelées aux commentaires reçuspar les citoyens via le formulaire en ligne, permettront aux élus d’obtenir un portrait global de l’opiniondes citoyens de Beloeil.Quant à l’avenir du terrain de golf, le conseil annoncera les prochaines étapes au courant du mois denovembre prochain, à l’issue des résultats de la démarche de consultation publique. Pour plus dedétails, rendez-vous au beloeil.ca/golf.

01 septembre 2020

Des nouveautés pour le marché public de la Ville de Mont-Saint-Hilaire

Des nouveautés pour le marché public de la Ville de Mont-Saint-Hilaire

La Ville de Mont-Saint-Hilaire, en partenariat avec l’organisme à but non lucratif Marchés d’ici – Grandeur nature, est fière d’offrir un marché public où la population peut s’approvisionner en légumes, fruits, viandes et fromages frais et locaux. Afin de poursuivre cette mise en valeur du patrimoine agroalimentaire québécois, la Ville propose quelques nouveautés pour terminer la saison en beauté.La Ville de Mont-Saint-Hilaire compte sur la participation citoyenne pour encourager les producteurs et productrices de proximité et promouvoir l’achat de produits alimentaires locaux. En cette fin de saison, quelques nouveautés sont annoncées afin de maximiser une expérience d’achat agréable et sécuritaire pour tous :• Poursuite du marché public jusqu’au 30 septembre;• Accès facilité avec une augmentation de 40 places de stationnement à proximité du marché pour accommoder les visiteurs et visiteuses;• Les 9, 16 et 23 septembre : tirages d’un coupon d’une valeur de 50$ à utiliser auprès de tous les producteurs et productrices présents au marché. Coupons et boîte à tirage disponibles sur place, à la suite de la station de lavage des mains. C’est un rendez-vous tous les mercredis de 15 h à 19 h jusqu’au 30 septembre, dans le stationnement du Centre aquatique aux abords de l’hôtel de ville, beau temps, mauvais temps. Nous rappelons que le port du couvre-visage est recommandé au marché public. À propos de la Ville de Mont-Saint-HilaireMont-Saint-Hilaire est une ville de plus de 19 000 citoyens. Ville de nature, d’art et de patrimoine, elle est fière de ses valeurs de développement durable, qu’elle manifeste notamment en protégeant et en préservant ses milieux naturels. Mont-Saint-Hilaire est aussi un lieu incontournable de l’activité artistique et touristique de la Vallée-du-Richelieu et possède un riche patrimoine historique et culturel

18 août 2020

OUVERTURE PRÉVUE À LA FIN SEPTEMBRE Début des travaux pour le nouveau parc canin situé sur la rue Radisson

OUVERTURE PRÉVUE À LA FIN SEPTEMBRE Début des travaux pour le nouveau parc canin situé sur la rue Radisson

À la suite d’un sondage effectué par la Ville de Beloeil auprès de ses citoyens concernant l’emplacement à privilégier pour la relocalisation du parc canin, actuellement situé dans le quartier industriel, lebassin de rétention sur la rue Radisson, près de l’aréna André-Saint-Laurent, avait été retenu. Les travaux d’aménagement de ce nouveau parc canin débutent officiellement cette semaine. Les utilisateurs de ce nouvel emplacement seront heureux d’apprendre que le parc sera divisé en deux zones : une pour les chiens de grande taille ainsi qu’une pour les chiens de petite taille. En plus de la végétation déjà en place, des arbres et arbustes seront ajoutés à ce nouveau site. Des jeux d’adresse pour amuser nos fidèles compagnons ainsi qu’un point d’eau sur dalle de béton seront installés. Un gazebo apportera de l’ombrage supplémentaire et du mobilier urbain sera également mis en place pour le confort des utilisateurs.L’ouverture de ce nouveau parc canin est prévue d’ici la fin septembre.

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx